Le petit-fils du sorcier, Tome II – Alban à l’abbaye, Littérature Jeunesse, Collection Le Peuple en écriture Pâquerette Béland, Fondation littéraire Fleur de Lys

Données au catalogue

Le petit-fils du sorcier
Tome II – Alban à l’abbaye
Littérature Jeunesse,
Collection Le Peuple en écriture
Pâquerette Béland,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2019, 128 pages.
ISBN 978-2-89612-566-1
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique (PDF) : 7.00$


PRÉSENTATION

Alban poursuit ses études dans une Abbaye tenue par des Eudistes, avec l’idée de devenir clerc de notaire. Cependant, ses multiples talents attirent l’attention de ses professeurs qui détectent chez lui des dons particuliers et orientent leur enseignement différemment.

En plus de graduer comme architecte, la formation reçue lui permettra de découvrir des voies dont il ne peut encore imaginer l’existence.

Après qu’ils eurent ramassé et replacé les agrès de pêche, Alban s’engagea à la suite de son groupe dans le sentier menant à l’Abbaye. Le soleil perçait à peine les feuillus et le dénivellement du sol les obligeait à gambader.

Il se remémora le sauvetage de Valentin et le contact de son amie Lamurmurante. Sa satisfaction et son bonheur furent rompus par la vue des palissades de l’Abbaye. Il pensa à sa vie entre ces murs et une angoisse tenace le saisit à la gorge. Jamais il ne serait libre de faire n’importe quoi. Sa voie était tracée et il ne pouvait que la suivre. Si au moins, il en avait eu une petite idée !


EXTRAITS

Notes

Aspect historique

Ce livre est une fiction et non un ouvrage historique. Les personnages, sites et évènements relèvent de l’ima­ginaire, y compris les faits concernant les congrégations religieuses. Toute ressemblance ne serait que coïncidence.

Aspect linguistique de l’époque

Mis à part quelques personnages caractérisés par la graphie de leur langage, comme icitte, pis, je vas ou des è transformés en é, j’ai choisi de respecter le conseil de mon institutrice de première année, mademoiselle Desjardins, qui nous répétait souvent : « Le français, ça ne s’écrit pas comme ça se prononce. »

J’ai aussi utilisé des mots du terroir qui décrivent des réalités spécifiques au Québec du XIXe siècle et parfois encore à celui d’aujourd’hui. Vous les retrouverez dans un Lexique à la fin du livre.

CHAPITRE 1

Sainte-Angèle

Toute la famille s’était rassemblée autour d’Alban pour attendre le père Antoine devant la maison du grand-père Charles. Soudain, un garçonnet grimpé sur la clôture cria : « Y’a un attelage qui s’en vient ! »

Pour Alban, c’était le premier pas vers la voie menant à son destin. Cœur battant, il monta dans la voiture et envoya la main à ceux et celles qu’il quittait, dont certaines essuyaient leurs larmes, surtout sa mère et sa grand-mère.

Antoine plaça la malle contenant le trousseau de son récent passager à côté de celles des garçons recueillis en route et il reprit les rênes.

Alban observa ses nouveaux confrères avec intérêt et curiosité. Le plus âgé prit l’initiative des présentations.

— Salut ! Je m’appelle Léo, je suis en deuxième. Lui, c’est mon frère Télesphore. Il commence. On arrive de Mont-Joli.

— Alban de Sayabec, répondit-il. J’entre en pre­mière.

— Moi aussi. Ludger ; je viens de Padoue. Content de te connaître.

Ils se serrèrent la main.

Au lieu de traverser la rivière, le père poursuivit jusqu’à la ferme suivante où il fit monter un dernier garçon, prénommé Alphonse. L’attelage vira et s’engagea sur la traverse à gué pavée de larges pierres plates. Une route caillouteuse montait à travers les arbres aux troncs centenaires.

Alban reconnut chaque détour, prédit l’endroit où ils descendraient de voiture afin d’aider le cheval à gravir un à-pic et sut exactement à quel moment ils avaient atteint la frontière des terres de l’Abbaye. Ils traversèrent une forêt de conifères touffus pendant un demi-mille et débouchèrent devant les grandes portes. Un crucifix de bois rond poli dont le sommet était couronné d’épines sculptées servait de poignée.

Léo alla tirer la corde ; une cloche accrochée au poteau central tinta.

— Bonjour les arrivants ! salua le portier. Je m’appelle Baptiste. Bon séjour chez nous.

— Merci, mon frère, marmonnèrent les deux garçons de Mont-Joli.

Surpris par la haute taille de cet homme et son apparente force musculaire, Alban se retourna pour mieux l’examiner. Il ne ressemble pas à un religieux, pensa-t-il.

La voiture s’arrêta non loin de la chapelle et les élèves reprirent leurs biens. Un frère conduisit l’attelage vers l’écurie.

À pied, ils longèrent l’hostellerie, le réfectoire des visiteurs, puis passèrent sur le sentier recouvert d’un préau menant à leur classe de première.

« Léo, vous savez où se trouve votre classe, n’est-ce pas ? » vérifia Antoine.

— Oui, mon père. Je m’y rends tout de suite. Salut les gars ! On se reverra.

La porte ouvrait sur une salle qui lui avait paru immense lors de sa visite. Une allée centrale séparait les pupitres. Le bureau de l’instituteur devançait une large ardoise noire. Au fond, un poêle à deux corps était relié à une cheminée. Un escalier accoté au mur de droite menait au dortoir.

— Frère Simon ! héla Antoine.

— Je suis là.

Alban l’observa descendre les marches. Il lui sembla qu’il sautillait de l’une à l’autre sans vraiment y poser les pieds.

« Voici donc mes derniers élèves. Ah ! Télesphore de Mont-Joli ; vous vous êtes décidé à venir, vous ne le regretterez pas. » Il examina les autres garçons chacun leur tour. « Alphonse de Sainte-Angèle. Et vous, Ludger de Padoue ? » Il plongea ensuite son regard dans le sien. « Vous devez être le jeune homme de Sayabec ; Alban, c’est bien ça ? »

— Oui, mon frère.

— Vous pouvez dire : frère Simon.

— Bon ! intervint Antoine. Maintenant que les présentations sont faites, je vous laisse.

— Je vous remercie grandement. Les garçons, montez vous installer.

Il fut le dernier à s’engager dans l’escalier, juste avant son futur enseignant. Quand il entra dans le dortoir, il ne restait qu’un lit inoccupé. « Alban » était gravé en grosses lettres sur la tête de bois. À côté, sur l’unique porte de l’armoire, une couronne de laurier entourait son prénom finement ciselé.

C’est bizarre qu’ils aient pris le temps de sculpter ainsi le nom de chaque enfant ; une simple étiquette en papier aurait suffi, réfléchit-il.

Il l’ouvrit ; il découvrit un complet d’école, quatre chemises et un coupe-vent suspendus sur des cintres. Sur la tablette du haut, deux chandails pliés et une casquette portaient son nom brodé sous l’effigie de l’Abbaye, une croix à la tête couronnée d’épines. Comme celle de l’entrée ! Il enfouit ses propres vêtements et sous-vêtements dans les tiroirs et posa sa malle vide et ses chaussures en bas.

— Avez-vous terminé ?

— Oui, frère Simon, fusa de part et d’autre.

— Descendez dans la salle de classe. Je vais vous expliquer les règles de bienséance en usage dans notre Abbaye.

Il se mêla aux autres. Tous semblaient avoir le même âge que lui.

— Hé ! T’as pris ma place, souligna un garçon à Ludger.

— Ah ! Excuse-moi ! J’avais pas remarqué que les pupitres aussi étaient réservés. Il chercha son nom, trouva et s’y assit.

Alban monta l’allée centrale. Il savait où était le sien. Le premier. En avant.


AU SUJET DE L’AUTEURE

Il y longtemps déjà, Pâquerette est née à Sayabec, un village de la Matapédia. Elle fréquenta l’école des Filles de Jésus où des cours de piano lui permirent de découvrir l’amour de la musique. Quand elle entra au secondaire, une autre passion l’attendait, celle de la littérature. Et c’est celle-ci qui influença son choix d’études collégiales.

À la fin de son Cégep, elle décida d’aller sur le marché du travail, un an ou deux, pour enseigner le piano. Une parenthèse qui se solda dix ans plus tard par un retour à l’Université de Rimouski en études littéraires, suivi d’une maîtrise en Bibliothéconomie, à Montréal.

Cette nouvelle profession lui permit de travailler dans des milieux différents (Rimouski, Jonquière, St-Hubert) et l’amena aussi à rencontrer plein de gens intéressants (libraires, éditeurs et bien sûr écrivains).

Mais ce fut surtout la présence continuelle des livres autour d’elle et de tous les mondes qu’ils renferment qui déclen­chèrent son envie d’écrire. Et comme source d’inspiration, rien de mieux que la vallée qui l’a vue grandir et les pays qu’elle a visités.

Elle se mit à la tâche en février 2001 et depuis, l’écri­ture fait partie de son quotidien pour son plus grand plaisir.


COMMUNIQUER AVEC L’AUTEURE

Adresse électronique : paquerettebeland@yahoo.ca


DE LA MÊME AUTEURE

Bien avant la fondation officielle de Sayabec, Martin, le fils aîné d’un moulineur de Sainte-Angèle, épousa Lantine, une native de l’endroit. Avant de compléter sa famille par une petite fille prénommée Blanche, le couple eut un premier enfant, Aldé, suivi deux ans plus tard par Alban. Aldé n’avait pas atteint l’âge de raison que déjà il savait qu’il serait moulineur comme son père et son grand-père paternel. Pour ce qui était d’Alban… Suspecté parce que différent, il niait vigoureusement la rumeur qui l’associait à son autre grand-père, celui qu’on avait qualifié de sorcier. Qui était-il vraiment ? Vous le saurez en lisant ce roman, Alban à Sayabec.

LE PETIT-FILS DU SORCIER

Tome I – Alban à Sayabec
Littérature Jeunesse,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2017, 150 pages.
ISBN 978-2-89612-546-3
En savoir plus


LE CYCLE DE THÉO

Sakpédiak, mission de routine
Premier cycle de Théo
Roman, fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 322 pages.
ISBN 978-2-89612-278-3
En savoir plus

À la rencontre d’Ôhn Ké Tou
Deuxième cycle de Théo
Roman, fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 322 pages.
ISBN 978-2-89612-278-3
En savoir plus

Les traces d’un dieu
Troisième cycle de Théo
Roman, fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 322 pages.
ISBN 978-2-89612-278-3
En savoir plus


LA SAGA DES PRADOV

Tome I – Un héritage envoûtant
Roman, Saga familiale,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 274 pages.
ISBN 978-2-89612-291-2
En savoir plus

Tome II – Le chant du coucou
Roman, Saga familiale,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 274 pages.
ISBN 978-2-89612-291-2
En savoir plus

Tome III – Le nid de l’étranger
Roman, Saga familiale,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 274 pages.
ISBN 978-2-89612-291-2
En savoir plus

Tome IV – Le Roussaillon
Roman, Saga familiale, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2012, 286 pages.
ISBN 978-2-89612-404-6
En savoir plus


LES TROIS VALLÉES
LES CHRONIQUES DE JÉLÉNA

Tome I – Vallée de Flavia
Roman – Série fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2014, 336 pages.
ISBN 78-2-89612-459-6
En savoir plus

Tome II – Vallée d’Angéla
Roman – Série fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 416 pages.
ISBN 978-2-89612-471-8
En savoir plus

Tome III – Vallée de Lucia
Roman – Série fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 460 pages.
ISBN 978-2-89612-493-0
En savoir plus

Tome IV – Magicinum
Roman – Série fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2016, 448 pages.
ISBN 978-2-89612-521-0
En savoir plus


OBTENIR VOTRE EXEMPLAIRE PAPIER OU NUMÉRIQUE

Le petit-fils du sorcier, Tome II – Alban à l’abbaye


Nos options

EXEMPLAIRE PAPIER

  • Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)
  • Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE (PDF)

  • Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

Besoin d’aide ?

Courriel : contact@manuscritdepot.com

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146


EXEMPLAIRE PAPIER – CANADA

Achat en ligne avec le service PayPal

  • 24.95$ canadiens
  • Tout inclus
  • Livraison : 21 jours ouvrables

Cliquez sur le bouton ci-dessous


Buy Now Button


EXEMPLAIRE PAPIER – AILLEURS DANS LE MONDE

Écrivez à l’adresse suivante car des frais de postes s’appliquent.

renee-fournier@manuscritdepot.com


EXEMPLAIRE PAPIER – COMMANDE POSTALE

Indiquez sur un papier

  • Le titre du livre
  • Le nom de l’auteur
  • Votre nom
  • (prénom et nom de famille)
  • Votre adresse postale complète
  • Votre adresse électronique
  • Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l’ordre de :

  • Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

Précisez le montant sur le chèque

  • Exemplaire papier – Canada
    • 24.95$ canadiens
    • Tout inclus
    • Livraison : 21 jours ouvrables
  • Ailleurs dans le monde

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

  • Partout dans le monde
  • PDF
  • 7.00$ canadiens (Tout inclus)
  • Livraison en pièce jointe à un courriel

Cliquez sur le bouton ci-dessous


Buy Now Button


Merci pour votre intérêt.


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans Uncategorized
One comment on “Le petit-fils du sorcier, Tome II – Alban à l’abbaye, Littérature Jeunesse, Collection Le Peuple en écriture Pâquerette Béland, Fondation littéraire Fleur de Lys

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Exemplaire numérique gratuit

Le monde québécois du livre et ses coulisses, guide pratique et critique, Serge-André Guay, Fondation littéraire Fleur de Lys. Cliquez sur la couverture pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit..

Bienvenue

La Fondation littéraire Fleur de Lys vous souhaite la bienvenue dans sa librairie en ligne

%d blogueurs aiment ce contenu :