Accueil & En vedette

NOUVEAUTÉS

L’étreinte du papillon, roman Jeunesse, Diane Jalbert Labelle, Fondation littéraire Fleur de Lys

Grand-père Gédéon et la légende du cheval de Noël, roman fantastique – Littérature Jeunesse, Claire Gagnon, Fondation littéraire Fleur de Lys

Yoan, roman Fantastique, Alain Fournaise, Fondation littéraire Fleur de Lys

AKY – TOME 1 – EXO-NIRGAL-1, science fiction, Réal Jodry, Fondation littéraire Fleur de Lys

Livre numérique gratuit (PDF ) : Au XXIe siècle y a-t-il toujours des trésors? Extraits d’une vie poétique inscrite dans une Histoire poétisée Incluant le manifeste pour une poésie à la fois « libre » et « véritable », Naèj P. Noca, Fondation littéraire Fleur de Lys

Radiophonie et nationalisme au Canada, en Argentine et en Afrique du Sud de 1920 à 1950, Histoire – Étude comparative, Alain Canuel, 2018, Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec

Livre web gratuit et libre d’accès

Sexualité démystifiée pour un mariage harmonieux
Paul Kemps
Roman
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec.
Octobre 2018, 240 pages
Format : 6 X 9 pouces
Couverture souple
Dos carré collé
ISBN 978-2-89612-555-5
Exemplaire papier : 24.95 $ canadiens
Exemplaire numérique : 7.00$ canadiens

Tout en captivant le souffle du lecteur dans les intrigues et suspens de son parcours marital mélodramatique, cet inlassable croulant nous fait découvrir et explorer une planète mystérieuse où cohabitent les merveilles et les horreurs du cosmos, qu’incarne l’univers de la sexualité, autour de laquelle gravitent des astres hétéroclites qui se désintègrent naturellement dans leur rotation pour se métamorphoser en amour, bonheur, haine, jalousie, viol, mariage, divorce, polygamie, polyandrie, meurtre…

Et toi lecteur qui me lis en ce moment, où as-tu appris la sexualité ?

En savoir plus et obtenir un exemplaire

L’AVIATEUR IRLANDAIS
RENÉ CAISSY
Roman policier
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec,
juin 2018, 268 pages.
Format : 6 X 9 pouces
Couverture souple
Dos carré collé
ISBN 978-2-89612-554-8
Exemplaire papier : 24.95 $ CAD
Exemplaire numérique : 7.00$ CAD

L’aviateur irlandais raconte le trépidant voyage d’Abraham O’Neil, qui exerce un métier peu connu consistant à convoyer des avions. Au début de l’été 2017, il a pour mission de ramener un vieil avion depuis Atlin, un village du Nord de la Colombie-Britannique, jusqu’à à Charlottetown, à l’île du Prince-Edouard. Le voyage de plus de 3000 miles nautiques aurait pu être une sinécure, si la propriétaire de l’avion n’avait décidé d’être de l’aventure. Peu loquace, voire même taciturne, Amélia Fitzpatrick entend profiter du voyage pour renouer avec cet avion que lui a légué son père. Elle n’a pas envie de discuter avec le pilote. Elle préfère observer le paysage magnifique en silence, dans une attitude contemplative, depuis les montagnes Rocheuses, en passant par les plaines de l’ouest, jusqu’aux Maritimes. Mais c’est chose impossible, car l’aviateur irlandais qu’elle a engagé est un étrange individu, à l’allure et aux idées peu orthodoxes, qui a décidé, lui, de poser des questions embarrassantes. Il va non seulement déterrer le passé tourmenté de sa cliente mais aussi profiter des nombreuses escales pour enquêter… et, pourquoi pas, résoudre une vieille affaire de meurtre.

Cliquez ici pour la la suite et obtenir votre exemplaire papier ou numérique

SEXprimer, c’est trouver sa couleur

Guide pratique,
Myriam Savard, Anne-Sophie Girard,
Jessika Tremblay-L’Espérance,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, mai 2018, 150 pages.
Exemplaire numérique gratuit
Exemplaire papier sur demande

Nous sommes trois étudiantes en éducation spécialisée au Centre d’études collégiales en Charlevoix. Dans le cadre de notre dernière année de technique, nous devions élaborer un projet de prévention sur une problématique présente dans Charlevoix. Après consul­tation, nous avons arrêté notre choix sur la violence sexuelle à l’adolescence. Nous avons, donc monter un projet afin de prévenir cette problématique. Pour ce faire, nous sommes allées interroger 308 élèves de l’école primaire et secon­daire Fréchette, de l’école secondaire du Plateau, du Centre édu­catif St-Aubin, au Centre d’études collégiales en Charlevoix ainsi que de quelques maisons de jeunes de Charlevoix. Grâce à leur ouverture, nous avons récolté les questionnements et les craintes des adolescents. Ces informations nous ont permis d’écrire ce livre qui répond à leurs questions afin de contribuer à une éducation sexuelle saine. D’ailleurs, nous avons créé une page Facebook au nom d’Exprime ta couleur. Par cette page, nous publions du contenu portant sur les violences sexuelles, l’hypersexualisation et l’éduca­tion sexuelle. Le but étant de valoriser l’estime et l’image de soi. Nous voulons démontrer qu’au-delà de l’apparence, il y a une person­nalité qui ne demande qu’à s’exprimer.

Afin de répondre adéquatement aux questionnements, nos réponses ont été inspirées des sites et livres suivants :

Au nom de toute l’équipe, nous vous souhaitons une bonne lecture ! 😊

Deux familles souches : les Delisle et les Chartrand, récit de famille, Jean Delisle, Fondation littéraire Fleur de Lys.

Cet ouvrage relate l’histoire de deux familles souches, les Delisle et les Chartrand, établies au pays depuis plus de trois cent cinquante ans. Il nous transporte dans le temps et dans l’espace pour nous faire revivre en leur compagnie divers épisodes de notre histoire collective.

Une famille n’est pas une abstraction; elle est ancrée dans une société et une époque données. D’où la nécessité de la présenter dans le contexte qui l’a vu naître et grandir, et ce contexte change évidemment d’une génération à l’autre.

Ce récit familial, qui recoupe l’histoire locale, régionale et parfois même nationale, aurait donc pu jusqu’à un certain point s’intituler : La vie quotidienne au Québec telle que vécue par les familles Delisle et Chartrand depuis 1665.

Au fil des pages, documents et actes notariés à l’appui, sont évoqués l’arrivée en Nouvelle-France des filles du Roy, du régiment de Carignan-Salières et des premiers chevaux; le système seigneurial et la milice; l’esclavage et son Code Noir; le poids de la religion et les superstitions; les fléaux et les processions pour les conjurer; les mœurs sexuelles et les sages-femmes; des traditions telles que la plantation du mai, la criée pour les âmes, la bénédiction du lit nuptial, la pose du bouquet; la monnaie de carte et les corvées; un meurtre crapuleux et un assassinat resté impuni; le soulèvement des Patriotes; les contrats d’engagement et la langue des voyageurs des Pays-d’en-Haut; les écoles de rang; la vie dans un pensionnat et un orphelinat dans les années 1930; l’exploitation des allumettières et des ouvriers de scieries à Hull; les incendies à répétition qu’a connus cette ville au tournant du XXe siècle et bien d’autres aspects qui composent l’humus de la société et de la culture québécoises.

Ces Deux familles souches nous transportent dans des endroits connus tels que Neuville, Cap-Santé, Rivière-des-Prairies, Saint-Eustache et Hull, et dans d’autres moins fréquentés comme Ripon et Saint-Émile-de-Suffolk dans La Petite-Nation et Vars dans l’Est ontarien.

Courtepointe de faits historiques, de souvenirs et d’anecdotes, l’ouvrage, écrit à hauteur d’homme, est illustré de cartes anciennes, de croquis et de photos d’époque, propres à recréer l’ambiance de chacune des périodes traitées.

Cliquez ici pour lire un extrait et obtenir votre exemplaire numérique ou papier

écriture a un pouvoir miraculeux et par extension, « La poésie, de par sa connotation (conception) esthétique, peut ériger des mondes expressifs imaginaires, déformer la réalité ou la livrer à l’état brut. Elle est, par essence, un instrument de « dilatation cérébrale » qui n’a pas forcément de limitation. Seule l’écriture orientée, libre ou contrôlée du poète, lui permet de créer ses propres frontières, limitations, en deçà ou au delà, avec ses capacités d’expression libre. Par exemple, j’étais timide. A cet effet l’écriture se substituait à la parole et permettait l’expression de soi : ne plus rester enfermée, emmurée dans un monde créé par moi, pour moi, dans lequel toute possibilité de parole serait un châtiment. »

« De ce fait, l’écriture poétique repose sans cesse sur un « je » qui évoque, dans un « jeu » des « jeux » et « je » cachés de nos mondes intérieurs ».

A cet effet, l’auteure incite les personnes qui traversent un moment de douleur, de souffrance, de questionnement – mais pourquoi pas aussi de joie –, à (s’) écrire. L’écriture permet de se libérer, de soulager ses peines, de couler ses plaintes et de renaître.

Enfin l’écriture tournée vers soi, vers ses peines, est une manière de s’aimer sans se faire violence, de se rendre service ; survivre, grâce au pouvoir miraculeux de l’écriture !

Écriture vers Soi ? Ou Envers de Soi ? Ou Revers de Soi ? Ou encore Travers de Soi ?

Ces quatre questions l’amènent à dégager sa théorie des « 4 VERS et VERT DE SOI (4VVS)» (…)

« Lecteur, si tu voyages à travers ce recueil constitué de 61 poèmes , tu feras des sauts et des chutes et des sauts, tu marqueras des pauses pour réfléchir au paradoxe de la mort et de la vie ou encore de la vie , puis de la mort… Tu méditeras sur l’amitié, le mépris, l’amour puis tu réfléchiras sur maints thèmes qui font partie de notre quotidien, de la vie.

Tu pourras aussi découvrir que la poésie peut servir à la pédagogie tout en s’amusant. Elle peut évoquer la science, la littérature, inciter à découvrir ou approfondir nos connaissances etc. Enfin, elle peut être une source d’inspiration, pour toi, lecteur, qui, peut-être, t’incitera, à bâtir ton propre navire, ton recueil de vie…

A toi donc de surfer à ta guise avec l’immensité des vagues de mots qui bougent en toi…»

VIVE LA CRÉATIVITÉ !

Cliquez ici pour lire des extraits et commander votre exemplaire papier ou numérique

c.lucie-lafontaine.1a.750

La musique des mots,
une expérience vibratoire
Textes poétiques et mantra instrumental
Lucie Lafontaine
LIVRE-DISQUE (inclut un CD)
BIEN-ÊTRE et MUSICOTHÉRAPIE
Mont-Saint-Hilaire, autoédition,
2014, 240 pages, inclut un CD.
ISBN 978-2-9814954-0-2
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande

PRÉSENTATION

Au cœur de chaque être, il y a des sons,
porteurs d’harmonie, de sérénité…

Au cœur de chaque être, il y a des mots,
des rimes anciennes, retenues, libérées

Au cœur de chaque être, il y a des chansons,
doux murmure au berceau de l’enfant retrouvé…

Au cœur de chaque être déferle des vagues,
courants originels, mouvance éternelle…

Au cœur de chaque être, la musique des mots,
bien-être à la clef, veut régénérer…

Au cœur de chaque être, il y a une cellule,
au diapason de la guérison…

Au cœurs des cellules, l’expérience vibratoire
ordonne à l’ADN l’accord d’une mutation…

Au creux de notre être, il y a un cœur,
pulsant la cadence de la transformation…

Au cœur de chaque être, il y a un diamant d’espoir et de lumières,
toujours étincelant…

Au cœur de ce livre, des lettres d’amour apaisent et consolent,
ravivent et entourent…

La musique des mots est une partition, caresse d’archet
sur notre âme vibrante.

Les cellules s’éveillent, s’illuminent et chantent…

La musique des mots, geste de création, de résurrection…

AVANT-PROPOS

« La musique des mots » vous propose un voyage, une expérience vibratoire, une recherche d’harmonie et de mieux-être. Ce livre n’a pas été conçu pour être lu d’un couvercle à l’autre. Pour en ressentir les bienfaits, la sérénité et la puissance de la résonance, je vous invite à laisser les mots vous choisir, vous interpeller, dans un geste spontané d’ouverture et d’exploration.

Une fois la page offerte, quittez le silence et permettez à votre voix d’épouser et d’animer les mots afin d’en déployer toutes les harmoniques en filigrane des textes poétiques.

Un texte peut être lu intérieurement ou à haute voix, une ou plusieurs fois par jour, possiblement vingt et un jours ou tout simplement capté dans un instant puis emporté par la brise, après avoir déposé en vous une semence d’éternité. Le mantra instrumental « Berceuse pour une âme », présenté à la troisième page de couverture, peut servir de support à votre lecture ou vous accompagner dans une recherche de quiétude, d’inspiration et de régénération.

Ce recueil de pensées et ce mantra instrumental thérapeutique témoignent du chemin que j’ai parcouru après avoir choisi de renaître de mes cendres. Tel un écrin, ils abritent des réflexions, des ressentis, des témoignages, des expériences et des apprentissages qui ont tissé la toile de fond de ma vie.

Au cœur de votre être,

Laissez-le résonner…

une berceuse pour rester en éveil,

un chant aux accents de guérir,

un psaume de douceur et d’amour,

une ode à la liberté!

OBTENIR UN EXEMPLAIRE

Prière de communiquer avec l’auteure à cette adresse de courriel :

lafon_lucie7@bell.net

c.serge-andre-guay.5a.600

Le monde du livre et ses coulisses
Guide pratique et critique
Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, Canada, 2016, 478 pages.
Format 6 X 9 pouces, reliure allemande
ISBN 978-2-89612-487-9

Exemplaire numérique gratuit

Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)

Ce livre se présente d’abord comme un guide-conseil pour les nouveaux auteurs, les auteurs et les écrivains professionnels. Il traite de tous les types d’édition (édition à compte d’éditeur, édition à compte d’auteur, autoédition, édition participative et édition en ligne). Il vous permettra de prendre les meilleures décisions quant à l’avenir votre manuscrit. Il vous informe sur les pièges à éviter à chaque étape.

Ce livre se veut aussi un essai critique sur le nouveau et l’ancien monde du livre. Il vous aidera à situer votre projet dans le contexte particulier de l’évolution du monde traditionnel de l’édition et de la révolution technologique à l’origine d’un tout nouveau monde du livre.

Enfin, ce livre dresse un portrait de l’Internet et du web littéraire québécois et canadien-français. Il traite aussi du poids de notre culture sur le web avec une attention particulière au livre et votre livre. Il vous introduit au projet APPUI-LIVRES, un quotidien et une agence de presse web dédiés au livre.

Au besoin, l’auteur témoigne de son expérience à titre de président éditeur de la Fondation littéraire Fleur de Lys, le premier éditeur libraire québécois sans but lucratif sur le web avec impression papier et numérique à la demande.

En savoir plus et commander votre exemplaire papier ou numérique

Microsoft Word - n.paul-angele.1.doc

Mémoires de Solfège
Tome 1 – Le bris du silence
Paul Angèle
Roman fiction, nouvelle édition,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2016, 254 pages.
ISBN 978-2-89612-387-2
Exemplaire papier
Exemplaire numérique

PRÉSENTATION

Charles Isaac, chercheur, visionnaire, crée une superordinateure qui brise les frontières du silence inter-espèces et permet d’avoir un dialogue avec les animaux. Son premier interlocuteur : Solfège, le chat que Charles a tiré de sa cage d’animalerie, au grand désarroi du chaton pour qui cette «Grande Salle à cages» avait toujours constitué l’Univers connu.

Gaia, scientifique, climatologue, femme d’un caractère à faire trembler les insolents, et sa fille Marie, qui n’a pas connu son père, se joindront à la petite équipe et formeront une nouvelle famille, sans savoir ce qui les attend…

Suivra bientôt un deuxième interlocuteur animal, ou plutôt une interlocutrice, un dauphin femelle qui viendra bouleverser l’ordre établi et lancer des ondes de choc qui frapperont jusqu’au Siège des Nations Unies, et plus loin encore…

AU SUJET DE L’AUTEUR

Né à Saint-Paul de Montmagny, petit village des Appalaches, au Québec, Paul Angèle évoque son enfance en disant : « On carburait au rêve… »

Développeur de logiciels depuis 1985, il a été passionné par l’écriture dès l’adolescence, avec un premier roman inédit à l’âge de 15 ans. Cette passion ne l’a pas quitté.

Il a aussi été fasciné par la peinture pendant des années : quelque 150 toiles.

La musique a également occupé une grande place dans sa vie, particulièrement à une époque où il travaillait comme chansonnier.

Toutefois, l’écriture a toujours été, et demeure, sa plus grande passion.

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

c.alain-canuel.1

Adrien Pouliot et le développement de la radio française dans les Prairies
Alain Canuel
Histoire – Canada
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2016.
ISBN 978-2-89612-497-8
Exemplaire numérique gratuit (ePub)

PRÉSENTATION

L’ouvrage porte sur le développement des stations radiophoniques d’expression française dans les provinces des Prairies entre 1946 et 1952 . Les objectifs de recherche s’articulent autour de deux approches complémentaires: l’étude de la radio selon une perspective globale permettant de mieux saisir la dynamique qui sous-tend le développement des quatre stations d’expression française dans les Prairies et la mise en évidence de l’appui incontestable de Adrien Pouliot qui a marqué tout un pan de l’histoire de la radio par ses qualités de maître d’œuvre, de diplomate et de rassembleur. Figure emblématique de son temps, celui-ci a joué un rôle prépondérant comme membre du Bureau des gouverneurs de Radio-Canada. À maintes reprises, Pouliot a dû, au sein de cet organisme public qui réglemente et supervise le système canadien de la radio, agir avec circonspection tout en faisant preuve de ténacité pour contrecarrer, sous toutes ses formes, les intentions belliqueuses ou les critiques acérées des opposants au projet de développement de la radio française dans les Prairies. L’étude entend jeter un éclairage nouveau sur la radio française de l’Ouest en mettant l’accent sur les projets, les réalisations et les aspirations de cet homme qui a influencé, à maints égards, son développement. Ce faisant, Adrien Pouliot a manifesté un intérêt marqué pour le sort des communautés canadiennes françaises des autres provinces en se rattachant à une pensée nationaliste susceptible de protéger les droits des Canadiens français.

AU SUJET DE L’AUTEUR

ALAIN CANUEL

L’auteur possède un doctorat en histoire et sociopolitique des sciences (Université de Montréal) et a complété ses études post-doctorales à l’université McGill. Au cours de sa carrière, il a enseigné à titre de chargé de cours à l’UQAC, l’UQAM, l’UQO, l’université Concordia et à l’université d’Ottawa. Pendant plus de 20 ans, il a occupé divers postes au gouvernement fédéral à titre d’agent de programme senior et de directeur adjoint aux trois agences subventionnaires (Conseil de recherches en sciences humaines, Conseil de recherches en science et en génie du Canada et aux Instituts de recherche en santé du Canada). Il a été responsable de programmes tels les Réseaux de centres d’excellence du Canada, le programme de bourses d’études supérieures du Canada Vanier, le programme d’Aide aux revues savantes et plusieurs autres. Au cours de sa carrière, il a publié divers articles scientifiques dans des revues canadiennes et étrangères de même que dans des ouvrages collectifs nationaux et internationaux. Il a participé à de nombreux colloques, conférences et autres activités scientifiques à l’échelle nationale et internationale. Pendant plus de 10 ans, il a occupé plusieurs fonctions au sein de l’Association pour l’histoire de la science et de la technologie au Canada. Il est actuellement membre d’une équipe de chercheurs Mediascomm (https://twitter.com/mediascomm) qui se passionne pour la mondialisation, les communications et les arts visuels.

En savoir et télécharger votre exemplaire numérique gratuit (ePub)

c.edwige-chekpo.1a.600

La création poétique au service de la vie
Tome 1
Edwige Chekpo
Recueil de poèmes
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, Canada, 2016, 116 pages.
Format 6 X 9 pouces, reliure allemande
ISBN 978-2-89612-496-1

PRÉSENTATION

Sensible à la beauté du paysage, la nature, la vie, la petite fille a poursuivi son rêve d’écriture pendant son adolescence ; cette fois-ci l’écriture était une sorte de thérapie, de consolation personnelle dans des moments de souffrance ou de tristesse…

A travers le temps, cette écriture orientée vers la mélancolie, a pris d’autres formes polyvalentes où différents tons se côtoient : humour, amertume, joie, etc.

Dans cet ouvrage La création poétique au service de la vie – Tome I, constitué de 41 poèmes sélectionnés de 1980 à 2015, elle vous propose de découvrir un univers changeant, avec des poèmes écrits dans différents moments de sa vie. C’est une invitation à expérimenter et à vivre la créativité sous toutes ses formes. La poésie, selon elle, est semblable à l’Art culinaire ou l’on peut créer toutes sortes de « mots cuisinés » sans sel, sans rimes mais avec saveur et délices…

Son amour de la poésie et la Liberté des mots la fait rêver :

« Ô roses ô mots ô écho de mon monde en Or !

Les mots sont corps, les mots sont formes,
or et rôdent hors de nos mondes clos

Les mots offrent force. Les mots collent fort,
chauds et beaux comme amants s’endorment ».

Invitation et incitation au lecteur de se laisser bercer

par ce doux murmure poétique…

Vive la poésie !

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

Microsoft Word - n.simon-gilbert.1.doc

Les réalités d’un papa
…qui travaille …en garde partagée
…d’un enfant ayant le TDA …de jumeaux
…dont la mère a le TDA …de 3 garçons
…qui est épuisé …qui est heureux
Petit guide amical, Simon Moine
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 172 pages, illustré
ISBN 978-2-89612-495-4
Exemplaire papier : 24.95$
Exemplaire numérique : 7.00$

PRÉSENTATION

Âgé de 38 ans, Simon Moine est un nouvel auteur qui proclame d’avoir le potentiel de vous divertir. Il ne possède aucune formation académique en littérature, en psychologie ou en philosophie. De plus, non seulement il voulait danser, mais il n’entend pas le moulin lon la. Face à toute cette ambiguïté, une chose est certaine : il en a déjà marre de se présenter à la troisième personne donc il cessera immédiatement avec cette phrase.

C’est ainsi sans prétention que j’ai rédigé cet ouvrage qui traite de ma réalité de père moderne. (Récit entièrement basé sur une histoire vraie !) Le travail, la séparation, la garde partagée, le TDA, des jumeaux, une infériorité numérique parentale, la dépression. Par l’entremise d’anecdotes plutôt rigolotes, je vous confie mon quotidien pour me soulager un peu de sa lourdeur psychologique. Je souhaite sincèrement qu’à travers votre lecture de mes épreuves, mes peines, mes joies, ma réalité, ses leçons et la philosophie que j’en retire… vous serez réconforté de savoir que vous n’êtes pas le seul papa ou parent à bord de ce bateau souvent difficile à naviguer.

Signé par un homme (presque) à la mer, mais un marin bien heureux d’en être un en fin de compte.

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

Microsoft Word - n.fernand-couturier.3.doc

Régime de l’être – Condition humaine
Heidegger en opuscule
Essai – DEUXIÈME ÉDITION AUGMENTÉE
Fernand Couturier
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 220 pages.
ISBN 978-2-89612-478-7
Édition papier : 24.95$
Édition numérique : 7.00$ (PDF)

PRÉSENTATION

Le propos de Régime de l’être est d’expérimenter l’être comme commencement. Il ne s’agit pas d’un simple reportage. Nommer en français ce qui s’est dit en un allemand souvent peu coutumier chez Heidegger. Un défi.

L’enjeu est d’entrer dans le commencement de la philosophie traditionnelle occidentale en expérimentant ce qu’elle a oublié, l’être en lui-même. Dire le simple sans référer à autre chose que lui. Ici, pas d’explication par la causalité. Mais explicitation du même. À cela, on n’est pas habitué.

On y comprend alors que l’être et la vérité participent de la même mouvance interne qui va d’un voilement à une manifestation; que l’humain est interpellé et réclamé pour la garde de cette ouverture primordiale, qu’il est gardien, berger de la vérité de l’être; que le langage a ainsi sa source dans les évocations silencieuses du mot de l’être; qu’une autre histoire événementielle peut s’inaugurer dans le monde où l’objectivation abusive des choses cède la primauté au respect de l’environnement; que la mort proprement humaine est instance dans l’abyssale ou initiale clairière de l’être et non simple fin de vie…

Heidegger en opuscule, c’est tenter de dire simplement l’essence humaine en appartenance intrinsèque à l’initial déploiement de l’être. Ressourcement de l’humanisme.

p.fernand-couturier.250AU SUJET DE L’AUTEUR

Fernand Couturier

Né en 1928 à Saint-Joseph du Madawaska au Nouveau-Brunswick dans une famille paysanne, l’auteur fait ses études classiques au Collège de Saint-Laurent à Montréal. Il étudie ensuite en théologie dans les années 50 pour ensuite enseigner au Collège de Saint-Laurent. Il obtient une licence (maîtrise) en philosophie à Paris en 1961.

Tout en enseignant cette matière toujours au même collège, il entreprit en 1963 une scolarité de doctorat en philosophie à l’Université de Montréal. De 1964 à 1967, il travailla sur la pensée de Martin Heidegger, à Freiburg im Breisgau, sous la direction de Bernhard Welte.

« Monde et être chez Heidegger » lui permit d’obtenir le doctorat en philosophie de l’Université de Montréal en 1968. Il devint professeur de philosophie allemande contemporaine à l’UQAM de 1970 à 1993, moment où il prit sa retraite. Pendant cette période, il joint à l’enseignement différentes tâches de direction dans la même université: Module de philosophie de 1978 à 1980; Département de philosophie de 1980 à 1985; Programmes d’études interdisciplinaires sur la mort de 1985 à 1990. C’est en dirigeant ces derniers programmes qu’il fonda la revue Frontières, organe de recherche et de diffusion sur différentes problématiques de la mort et du deuil.

« Monde et être chez Heidegger », 584 pages, a été publié aux Presses de l’Université de Montréal en 1971. Publication d’articles en philosophie dans différentes revues, et collaboration à quelques collectifs. Puis en 1990, « Herméneutique », 211 pages, parut chez Fides.

Depuis sa retraite, surtout à partir du référendum de 1995, il travailla sur le manuscrit « Un peuple et sa langue ». Et il a d’autres travaux en cours sur Heidegger, en particulier relatifs à la vérité et à la temporalité de l’être. D’autre part, un manuscrit sur Nietzsche portant comme titre « Langage et interprétation » est à quelques pages de son achèvement.

Lire un extrait et commander votre exemplaire numérique ou papier

Microsoft Word - n.rene-gagnon.2.doc

DÉBARDEUR DE VIES…
Tome II – La poursuite
RENÉ A. GAGNON
ROMAN
Collection Le peuple en écriture
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 364 pages.
ISBN 978-2-89612-494-7
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 29.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Au troisième jour s’amorce la recherche pour découvrir qui est l’auteur de la tentative de meurtre sur le psychocriminologue Anthony Alvaro. Les détectives Isabelle Lamarre et Hyacinthe Paré de la sureté municipale de Notre-Dame-du-Chène rencontreront huit suspects qui, sans surprise, se déclareront tous innocents. Parmi eux se retrouve un pasteur. Certains seront balayés de la liste des suspects en raison d’un solide alibi. D’autres seront écartés du répertoire puis ils reviendront d’actualité selon d’autres informations récoltées dans le déroulement de l’enquête. Une véritable plongée sera effectuée dans leur intériorité.

L’équipe « la tronçonneuse » de la Sureté du Québec investiguera sur une série inquiétante d’infractions contre la personne qui avait été perpétrée au cours de la nuit précédente : — six personnes dans la vingtaine (deux femmes et quatre hommes) avaient dû recourir à des soins à l’urgence du Centre hospitalier Gabriel Lalemant, — un jeune couple était décédé lors d’une overdose qui semblait fort douteuse, — un striker et une femme âgée de la cinquantaine furent assassinés, — une prostituée avait encaissé des coups et blessures, — un individu avait subi de multiples fractures aux jambes. Tous ces crimes, selon toute vraisemblance, étaient reliés au groupe de motards les « Malos Diablos » et au trafic de stupéfiants. Une pression sera exercée sur leur présumé chef incarcéré, Gérard Casgrain, aux fins de fournir des informations privilégiées.

Une escouade de la GRC se retrouve aux aguets pour découvrir où se situe le patron des « Hotheads », sous quelle identité il voyage et quels figuraient les objectifs de sa venue au pays.

La récupération politique du gouvernement Belhumeur relativement à la tentative de meurtre sur M. Alvaro en établissant la « Loi sur les mesures de sécurité en matière de toxicomanie » s’avèrera un coup fourré. Les journalistes Dupont dans une chronique politique et Senneville lors d’une tribune téléphonique donneront l’occasion de révéler des enjeux sous-jacents au trafic des drogues.

Sera découvert le lien entre l’évêque anglican de Montréal, Mgr Andrew Cunningham, et la victime de la tentative d’assassinat, M. Antony Alvaro. Rapport qui explique l’intervention de l’ecclésiastique auprès du gouvernement.

Madame Deidre O’Connor, épouse de monsieur Antony Alvaro, manifestera en plusieurs occasions son amour et sa loyauté.

Au quatrième jour, lors d’une vérification de renseignements fournis aux enquêtrices, sera démasqué le cerveau de cette machination perverse qui avait entrepris d’éliminer M. Alvaro parce que ce dernier allait contrecarrer ses plans.

Un suspense de page en page.

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

n.paquerette-beland.10a.605

Les Trois Vallées
Les Chroniques de Jéléna
Tome III. Vallée de Lucia
Pâquerette Béland
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 460 pages.
ISBN 978-2-89612-493-0
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Après avoir complété sa formation de Maître des Lettres comme Instrumenthécaire au Maginum Lucia, Jéléna poursuit ses apprentissages.

Un stage de promage chez Daniali, son parrain, et un long voyage d’exploration du continent en sa compagnie confortent les liens qui les unissent.

Comment vivront-ils cet amour qui s’installe progressivement entre eux ? Pourront-ils s’unir malgré les embûches et les tabous ? C’est ce qui vous sera révélé dans ce troisième tome des Chroniques de Jéléna, Vallée de Lucia.

Cliquez ici pour lire un extrait et commander votre exemplaire (papier ou numérique)

c.laurent-boisclair.5a.605

La Saga de l’Éveil
Tome 5 – Transition
La Chronique de Mathieu de Maluin
LAURENT BOISCLAIR
Roman Fantastique
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2015, 554 pages.
Édition papier : 24.95$
Édition numérique : 7.00$ (PDF)

Dans un monde soumis par le destin
et déchiré par les conflits
les sauveurs peuvent être
des destructeurs

La Trève Vigilante

La guerre entre le Royaume d’Estalie et le Saint Empire de Neathar connaît une accalmie, chacun des opposants reprenant des forces et pansant ses plaies quand les combats reprendront de plus belle.

Né d’une famille noble, Mathieu de Maluin est un scribe sans avenir, jusqu’au jour où il a la possibilité de se bâtir une meilleure vie; devenir un membre de la cour royale du roi Gavin Estal. Une offre qu’il ne peut pas refuser.

Ainsi commence un épisode tumultueux dans la vie du moine qui parcourra d’une extrémité à l’autre le Vieux Monde, faisant la rencontre de peuples différents avec leurs propres coutumes et croyances. Sans le vouloir, il se devra aussi d’accompagner dans leurs aventures des hommes et survivre aux dangers qui sont tapis aux quatre coins d’Aeria. Grands ou petits sur cette terre, ces mêmes hommes auront marqué à leur façon l’époque dans laquelle ils vivaient et Mathieu plus qu’il ne l’aurait souhaité.

EN SAVOIR PLUS

Cliquez ici pour lire un extrait et commander votre exemplaire (papier ou numérique)

c.elmer-smith.1a.600

MES DEUX FOSSOYEURS
À propos des ravages de la droite et de l’unité nationale autrement
Souvenirs d’un vieux croulant franco-ontarien
ELMER SMITH
Récit − Essai
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2015, 77 pages.
ISBN 978-2-89612-491-6
Exemplaire numérique gratuit (PDF)

RÉSUMÉ

Affublé d’une identité bicéphale, l’auteur Franco-Ontarien dénonce les politiques des deux Premiers Ministres Pierre Elliott Trudeau et Stephen Harper, qui ont eu l’effet de livrer ses deux appartenances aux déchets de l’histoire.

Les deux fossoyeurs ont marché dans un même sillon machiavélique à bien des égards. Tous deux autocrates rigides, rarement à l’écoute, multiculturels de pensée et d’attitude, ennemis acharnés des droits collectifs et disciples d’une même vision religieuse individualiste, à la mouture personnaliste à la Mounier pour l’un et évangéliste pour l’autre.

Le premier a mis le Québec à sa place au moyen d’une vue pancanadienne des deux peuples fondateurs ainsi que de l’adoption de la Charte des Droits de 1982, mettant fin au rêve de son peuple de bâtir une patrie sur les bords du Saint-Laurent et vouant par là les francophones de la diaspora canadienne à une mort à petit feu.

Le deuxième, depuis qu’il est au pouvoir, a sonné la charge dans un combat de tous les instants à bride abattue contre tout ce qui bougeait de démocratie et d’humanité dans la nation.

L’auteur propose de disposer du legs Trudeau et de chasser du pouvoir le Premier Ministre qui nous gouverne.

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT (PDF)

Cliquez ici pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit de ce livre (PDF)

Microsoft Word - n.andre-lefebvre.5.doc

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste)
Tome II : Le mystère sumérien
André Lefebvre
Essai
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 250 pages.
ISBN 978-2-89612-409-9
Format 8,5 X 11 pouces (Lettre)
Exemplaire numérique (PDF) : 7.00$

PRÉSENTATION

Une partie de ce livre fut écrite à Terrebonne, en 2005.

C’est de l’autre partie dont je veux vous parler; de cette partie du livre qui fut consignée il y a, environ, 3 200 ans pour servir à mousser la popularité du premier « Dieu quasi monothéiste » de l’histoire humaine, appelé Marduk. C’est le premier livre religieux publié au sujet d’un Dieu autour duquel fut organisée une religion au sens actuel du mot. Mais ce ne fut pas là, le premier écrit de l’humanité. Ce supposé premier écrit « religieux » n’est qu’une compilation, plus ou moins trafiquée, d’écrits encore beaucoup plus antérieurs. Écrits qui peuvent même le précéder de 2 000 ans. Ce qui nous amène à des écrits d’il y a plus de 5 000 ans.

Ces derniers sont, pour l’instant, les plus vieux écrits de l’humanité et nous n’en avons trouvé que des copies reproduites par des écoliers d’il y a plus de 4 000 ans. Les originaux datent d’environ 4 300 ans avant la Bible elle-même. C’est donc dire que la durée entre la Bible et les écrits qui servirent à publier cette glorification de Marduk, s’échelonne sur une période deux fois plus longue que le temps écoulé entre la date de mes écrits faits à Terrebonne et la date officielle du Nouveau Testament.

Ces écrits d’avant la première religion, nous racontent l’histoire, non pas des « dieux », mais celle d’hommes supérieurs à ceux de leur époque. On les appelait les « Puissants », les « Éclairés » ou encore les « Seigneurs ». Ces récits rapportent des faits tellement extraordinaires que les premiers archéologues qui les traduisirent se sentirent obligés de parler des « Dieux sumériens », au lieu d’employer le nom que leur donnaient les Sumériens eux-mêmes. Il faut dire que la situation ne s’est pas du tout améliorée depuis l’implication de nos spécialistes qui furent confrontés à des faits de plus en plus incroyables. La notion de « dieux » en archéologie est le pendant de la notion « Force fondamentale » en physique. Ni l’une, ni l’autre ne sont « logiques ».

Je vous transporte donc à cette époque des « premiers hommes civilisés » pour vous faire « vivre » leur façon d’être et surtout, leur façon de dire « ce qu’ils ont vu ». Nous devrions parvenir à les connaître un peu mieux. Je mise sur le fait que nous allons vérifier ce qu’eux disent d’eux-mêmes, au lieu de nous contenter de ce que d’autres racontent à leur sujet. Pour y arriver, nous disposons de plusieurs traductions, en plusieurs langues, de leurs écrits. Comme chaque langue parlée est structurée différemment et présente des « façons de voir » les choses de manière nuancée, le fait de percevoir l’idée originelle au moyen de différentes langues nous donnera plus de possibilités d’appréhender les « notions » sumériennes qui sont complètement différentes de celles des hommes d’aujourd’hui.

Je vous amène dans un monde étrange; un monde aussi étonnant que celui imaginé par J. R. R. Tolkien dans son « Seigneur des anneaux ». La différence est que le monde où je vous amène n’est pas « imaginaire ». Il est la réalité du monde de la première grande civilisation humaine.

J’espère sincèrement que vous aurez autant de plaisir à découvrir ce monde originel que j’ai eu à chercher à le comprendre.

André Lefebvre

Lire un extrait et commander votre exemplaire numérique (PDF)

c.normand-rousseau.2a.600

La laïcité, une grande invention
Pour une laïcité cohérente, rationnelle
et pour l’avènement de la civilisation
NORMAND ROUSSEAU
Essai
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2015, 600 pages.
ISBN 978-2-89612-488-6
Édition papier : 39.95$
Édition numérique : 7.00$ (PDF)

PRÉSENTATION

Ce livre écrit dans un style direct, presque brutal, un ton qui n’enfile aucun gant blanc, se consacre à décrire une laïcité authentique, cohérente et rationnelle qui applique à la lettre les Droits de l’homme, peu importe si cela fait souffrir les religions.

Ce livre a surtout le mérite d’aborder plusieurs sujets que les auteurs n’osent pas aborder quand ils parlent de laïcité : la hiérarchisation des droits, la violence des religions, le besoin de religions, les ravages des intégrismes, la laïcité internationale, les sectes, la morale laïque, la politique et les religions, la misogynie des religions, les viols des chartes et de la liberté de conscience par les religions, la séparation de la culture et de la religion, la toponymie religieuse, le financement des religions par l’État, les fêtes religieuses, les rites de passage, la neutralité des systèmes scolaires et de santé, les interdits et obligations religieuses en matière de vêtements et de nourriture et la laïcité dans les sports, entre autres sujets.

Ce livre invite également les non-croyants et les athées à sortir de leurs placards et à prendre leur place dans une société laïque authentique.

Ce livre rappelle tous les bienfaits que nous a apportés la laïcité et surtout tous les bienfaits qu’elle pourrait nous apporter encore si la société consentait à subir une intervention chirurgicale peut-être sévère, mais salutaire.

Ce livre a surtout le mérite de présenter, dans un style parfois ironique ou humoristique, la laïcité comme une grande invention de l’homme et un espoir vers une authentique civilisation.

Lâchons le mot. Ce livre ne ressemble à aucun autre livre traitant de la laïcité.

Normand Rousseau est romancier, nouvelliste, biographe, essayiste. Il s’est surtout affirmé avec sa trilogie sur la Bible : La Bible immorale, La Bible démasquée et Le Procès de la Bible. De plus, il a publié L’histoire criminelle des Anglo-Saxons, Les Assassaints et les Assassaintes et La Bombe, un roman portant sur la Bible.

EN SAVOIR PLUS

Cliquez ici pour lire un extrait et commander votre exemplaire (papier ou numérique)

 

 

c.michele-bernard1.a.600

Marie-Louise au Yukon,
1896-1903
Récit historique
Michèle Bernard
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, Illustré, 208 pages.
ISBN 978-2-89612-485-5
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Marie-Louise Taché a une quinzaine d’années lorsqu’en 1897 elle entend parler du Yukon et de la folle ruée vers l’or du Klondike. Née dans une famille bourgeoise d’Ottawa, la jeune fille est pourtant fascinée par les quelque cent mille aventuriers inexpérimentés, en provenance du monde entier, qui se précipitent vers les champs aurifères des fleuves Eldorado et Bonanza, à l’autre bout du Canada. À quoi seront-ils confrontés ? Trouveront-ils tous richesse et gloire ? Au fil du temps, la jeune fille constatera avec étonnement que peu d’entre eux retournent à la maison millionnaires, que la très grande majorité fait plutôt demi-tour ruinée et désabusée, souvent malade ou estropiée. Certains y meurent aussi, de froid ou de misère. À l’aide des journaux et livres de l’époque, Marie-Louise suit leurs destinées avec passion.

Puis, un jour, en 1898, son père part à son tour à Whitehorse, un village perdu sur le fleuve Yukon. Marie-Louise en est chagrinée, car il sera longtemps absent, mais elle est aussi ravie, car elle aura de l’information privilégiée sur les chercheurs d’or. Ingénieur au service du gouvernement, Jean-Charles Taché est en charge des infrastructures à construire dans cette région lointaine et inhospitalière : routes, ponts, voies fluviales, chemin de fer et ligne télégraphique. Dix-huit mois plus tard, il revient à Ottawa chercher sa famille pour l’amener vivre au Yukon avec lui, tel qu’il l’avait promis.

En 1899, la folle équipée de Marie-Louise peut enfin commencer.

La traversée de l’immense territoire canadien se révèle être, au XIXe s, un véritable voyage initiatique. L’installation plus que rudimentaire sous les tentes d’un chantier du bout du monde et les mille péripéties qui en découlent, transforment Marie-Louise en aventurière « en jupons ». Elle a de qui tenir, car elle est fière descendante du découvreur Louis Jolliet (1645-1700) et sa famille compte plusieurs grands voyageurs célèbres, dont Mgr Alexandre Taché, évêque colonisateur de l’Ouest canadien.

Marie-Louise vivra trois ans au Yukon, rencontrant escrocs et célébrités, et affrontant périls, joies et misères.

Quelques années plus tard, lorsque le travail de Taché sera terminé, c’est au bras de l’ingénieur Paul Mercier, l’assistant de son père Jean-Charles et le fils du Premier ministre Honoré Mercier, que Marie-Louise regagnera le Québec. Le couple s’était rencontré dans cette contrée reculée, dans un environnement difficile, mais l’amour les attendait au détour. Ils auront été les premiers blancs à se marier dans la tente-chapelle de Whitehorse, en juin 1901.

Le destin du couple Mercier-Taché aura ainsi été scellé et à tout jamais.

Quel a donc été le parcours de ces personnages, de cette famille Taché, dont rien, vraiment rien, n’annonçait une vie aussi trépidante et décousue ? Dans quel contexte de détermination et de souffrances, mais aussi de violence et de folie collective leur vie dans le Grand Nord canadien a-t-elle eu lieu ?

Lire et extrait et commander votre exemplaire

Histoire de la science

Un livre passionnant sur la science née avec les hommes d’avant le déluge

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste)
Tome I : La science secrète
André Lefebvre
Essai
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 256 pages.
ISBN 978-2-89612-484-8
Format 8,5 X 11 pouces (Lettre)
Exemplaire numérique : 7.00$

PRÉSENTATION

MOT DE L’AUTEUR

Je ne crois pas qu’il existe des individus ignorants. Je pense plutôt qu’il existe des individus possédant des connaissances différentes issues d’intérêts différents. Ce qui donne à chacun le loisir de laisser son esprit cheminer librement vers la solution d’un problème qui le tarabiscote.

Si, par exemple, nous prenons l’interprétation officielle au sujet de l’Égypte, nous découvrons que les « sommités » ne sont pas d’accord sur plusieurs points et surtout, au niveau des datations. Je ne peux donc pas choisir une référence définitive parmi ces différentes données. Je dois donc faire ma propre recherche pour arriver à une opinion personnelle. Ce qui n’efface pas le fait que les auteurs de cette opinion officielle soient des « maîtres » et que je ne sois qu’un amateur.

Par contre, je peux posséder l’avantage d’avoir la même passion et le même « désir de découvrir » qu’eut Schliemann, découvreur de la mythologique ville de Troy, qui était un amateur lui aussi, mais un amateur « motivé » et « tenace ».

Il est même possible que cette passion soit plus prolifique qu’un certificat confirmant déposséder les mêmes opinions que ses prédécesseurs. La question est à être jaugée par chacun.

Une chose est certaine, je ne me moque de personne dans aucun de mes écrits; car je laisse chacun de vous, décider par lui-même, ce qui est plausible et ce qui ne l’est pas. Je n’enseigne rien. Je ne fais que fournir des informations quant à la logique possible des événements. En fait, votre opinion finale sur le sujet ne m’intéresse pas expressément. Mon but est de vous apporter du plaisir en faisant « frissonner » vos neurones. Par contre, vos objections me passionnent au plus haut point, puisqu’elles font « frémir » les miens. Elles représentent notre « différence » qui est ce que je respecte le plus chez chacun de vous, autant que je respecte ma propre différence.

Je ne cherche pas à influencer l’opinion de personne; mais je me suis rendu compte, suite à mes travaux que ma vision de l’histoire (car tout ce qui existe n’est qu’histoire en réalité) éliminait les raisons qui font que les humains ne se respectent pas entre eux. Ce constat résulte de l’acceptation du fait que plusieurs d’entre nous, acceptent d’être des demi-portions face à une illusoire « self made » élite irrationnelle, mais qui se dit absolument objective. Finalement, si je combats pour quelque chose, c’est bien pour le droit de chacun « d’être différent » tout en étant « équivalent ».

La réalité humaine est que chacun possède des aptitudes différentes qui se doivent d’être reconnues et respectées. Pour prendre un exemple radical et simple, un médecin n’est pas plus respectable, individuellement, qu’un vidangeur. D’ailleurs tous ont besoin du vidangeur continuellement; ce qui n’est pas le cas pour un médecin. (Ceci n’est qu’un exemple fictif et pris au hasard. Si cet exemple s’applique à quiconque, cela ne peut être qu’une coïncidence).

André Lefebvre (Alias Élie l’Artiste)

Lire et extrait et vous procurer votre exemplaire numérique (PDF)

—–

Moi, Sky, Radagorn Sky de Sommarie, décide de rapporter les évén

Les annales de Radagorn Sky
L’éveil du dragon
Frédéric Côté
ROMAN – Fiction Fantastique
Collection Le peuple en écriture
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 474 pages.
ISBN 978-2-89612-483-1
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 29.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

La famille Sky est l’une des plus anciennes familles de la Sommarïe. Cependant, nous ignorions combien ancienne elle était et depuis combien d’années la tradition de passer le prénom de Radagorn au chef de famille perdurait. La bibliothèque personnelle des Sky s’est ouverte timidement pour nous livrer un document historique dont voici la traduction accompagné de notes explicatives. Cette œuvre retrace la vie mythique des fondateurs de la Sommarïe et des origines de cet emblématique personnage qui marqua l’histoire et la mythologie de ce pays, Radagorn Sky. L’auteur y relate ses origines et comment il développa cette rude terre pour en faire un important centre de distribution commercial, qui engendra des guerres et conflits. Ce récit est aussi un plongeon au cœur de la religion, de la mythologie et des croyances des peuplades Escalaïaennes de l’âge du bronze. Cet aspect est particulièrement présent lors du voyage initiatique qu’entreprit l’auteur. Venez découvrir dans ces lignes ce monde fabuleux, magnifique et cruel de ces anciennes peuplades du nord, nos ancêtres les Escalaïaens.

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

Microsoft Word - n.celine-magnan.22.doc

Aiyana la squaw
Céline Magnan
Roman
Collection Le peuple en écriture
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 196 pages.
ISBN 978-2-89612-482-4
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Dans le dernier quart du XIXe siècle à Sainte-Fleur, un petit village imaginaire du Québec, il se passe des choses étranges.

Il faut savoir qu’une tribu aborigène algonquine habita jadis sur le territoire. Si on en croit la légende, une mystérieuse guérisseuse nommée Aiyana – fleur éternelle – se passionnait pour le jardinage des fleurs qu’elle utilisait pour soigner son peuple. C’est elle qui aurait fait pousser un type particulier de fleurs inconnues de tous, à l’emplacement du cimetière actuel. Dans une plate-bande, près d’un muret, elles poussent encore en abondance et survivent inexplicablement aux rigueurs de l’hiver. Plusieurs ont bien essayé de les exterminer, mais rien à faire ! Une d’arrachée, dix de repoussées ! Au bout d’une longue tige rugueuse, s’agrippe la lourde fleur aux fins tentacules luisants de couleur rouge sang qui se referment, telles des paupières, autour d’un centre blanchâtre et poilu comme pour le protéger. L’extrémité de chaque tentacule présente une petite forme arrondie semblable à un œil qui bouge légèrement, comme le ferait un capteur, dès qu’on s’en approche.

Le village ayant pour nom Sainte-Fleur, il n’en fallait pas plus pour qu’au cours des ans, les religieux voient en elle une fleur miraculeuse. Par contre, les gens du pays croient à un signe satanique et la qualifient de Fleur du diable. La légende est si tenace que la plupart n’osent même pas la regarder. Même les plus durs à cuire la craignent comme la peste et n’osent s’en approcher à l’exception de quelques-uns, dont Aiyana la squaw, une descendante de l’ancêtre du même nom.

Aiyana est depuis toujours la confidente des amours, des rêves et des peines de Marie-Valentine Duhamel, une jeune femme ambitieuse qui mène une double vie. Quand cette dernière est retrouvée morte au bout du cimetière, sur la tombe du noyer inconnu, la communauté est bouleversée. Les circonstances tragiques de sa mort, aussi abominable qu’inattendue, bouleversent le petit village. Qui a tué Marie-Valentine et pourquoi ? Plusieurs ont des choses à cacher. Les drames se succèdent, les accusations aussi et leurs terribles dénouements.

Il est des êtres impénétrables et ambigus qui mêlent amour et haine, vie et mort.

Il est des êtres comme Aiyana la squaw, une femme d’une grande sensibilité et spiritualité qui a hérité de l’esprit sacré des ancêtres. Elle sait parler aux arbres et aux animaux et guérir les maux du corps et de l’âme. Personnage principal du roman, nous la suivrons dans ses multiples tentatives pour résoudre cette ténébreuse affaire qui l’a privée pour toujours d’êtres chers.

Un roman passionnant plein d’émotions et de rebondissements qui tiendra le lecteur en haleine du début à la fin.

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

Microsoft Word - n.gerard-andre.1.doc

La légende du meunier de Gentilly
GÉRARD ANDRÉ
Légende
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2015
8,5 X 11 pouces, illustré, 88 pages.
ISBN 978-2-89612-480-0
Édition papier : 24.95$
Édition numérique : 7.00$ (PDF)

PRÉFACE

Une journée du meunier à la retraite

Par une journée clémente d’automne, le meunier alla se recueillir dans son jardin près du moulin. Il gravit le monticule assez lentement avec sa canne à la main en sondant le terrain à cause de sa vue voilée par les cataractes.

En marchant, il humait l’air à plein poumons tout en écoutant les bruits venant du fleuve (Saint-Laurent) puis, il se laissa choir sur son banc qu’il avait lui-même fabriqué. Il goûtait chaque instant de cette immersion totale dans la nature.

Il distinguait le bruissement des arbres et le chant des oiseaux, des bruits venant du moulin, mais la journée n’était pas terminée. Il avait rendez-vous avec de charmants chérubins dans sa résidence en haut du moulin.

C’est là que les parents amenaient leurs enfants pour écouter les histoires incroyables du meunier. Fascinés par les récits du conteur, les parents abandonnaient volontiers leurs jeux de cartes pour écouter la fin des contes merveilleux du conteur.

Naturellement, certains récits s’adressaient à un auditoire adulte, comme la légende du vieux phare ou encore, le « Noël de Rourou » un conte, qui s’adressait à tous.

Mais aujourd’hui, je vais vous raconter un récit encore plus émouvant.

C’est l’histoire même du meunier et elle commence avant sa naissance.

Gérard André

AU SUJET DE L’AUTEUR

JOSEPH GÉRARD ANDRÉ LAVIGNE

Nom de plume: Gérard André.

Date naissance: 11 mai 1921, Gentilly (Bécancour), P.Q. à 500 mètres du Moulin (Michel) de Gentilly.

Vétéran guerre 1939-45 mitrailleur dans le régiment de la Chaudière. Blessé d’une balle à l’épaule à la libération de la Hollande. En service durant l’occupation en Allemagne comme policier régimentaire. Libéré avec mention honorable.

Devient courtier en assurance et placement.

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

untitled

Les aventures d’un petit gars de Saint-Honoré
NORBERT BRASSARD
Récit
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 114 pages.
ISBN 978-2-89612-481-7
Police de caractère : 14 points
Format 6 X 9 pouces
Exemplaire numérique : 7.00$

Préface

Jamais je n’ai pensé que j’écrirais ce livre.

Étant devenu, à cause d’un drame, l’aîné de notre famille, je raconterai quelques événements qui se sont passés dans notre famille depuis mon enfance.

Ce n’est pas une biographie, mais plutôt un récit familial. C’est aussi mon histoire. Je suis sûr qu’elle intéressera les plus jeunes et qu’elle restera gravée dans leur mémoire pour toujours.

Norbert

PRÉSENTATION

Tout d’abord, nous sommes une famille de neuf enfants : sept garçons et deux filles, issus d’un couple, Uldège Brassard et Mariette Bouchard, que je vous présenterai tout au long de ce récit.

Papa est un homme grand, et aussi un grand homme, qui paraît bien et qui a beaucoup de jugement. Il est un homme respecté. C’est un homme très méfiant, ce qui lui permet d’être très prudent.

En plus de posséder une ferme laitière, il fut contremaître dans les chantiers, maire de la paroisse de Saint-Honoré, en plus de marguillier à l’église. Il fut engagé pendant plusieurs années en tant qu’évaluateur des propriétés de la municipalité avec son grand ami, M. Dionne. En plus d’être un sage, il réfléchissait toujours avant de prendre une décision ou de donner son opinion.

Tout le monde, en parlant de papa, le nomme M. Uldège. Moi, j’ai toujours pris ça comme un certain respect.

Quant à Mariette, elle aussi est une personne sage. Elle ne s’emballe jamais pour rien, prenant le temps de réfléchir. En l’absence de papa, c’est elle qui s’occupe de l’étable et de la maison. Un travail énorme, connaissant tout ce qu’elle avait à faire avec ses enfants pas très dociles. Cependant, maman est courageuse.

Nos parents se sont toujours connus. Ils ont été élevés dans un rang de campagne et ils étaient voisins. Tout le monde fut étonné de l’annonce de leur mariage, même si quelques-uns s’étaient aperçus qu’ils se fréquentaient. Cette union a fait beaucoup jaser dans ce temps-là.

Lire la suite de l’extrait et commander votre exemplaire numérique

Microsoft Word - n.normand-rousseau.11.doc

Les assassaints et les assassaintes
et de saints à décanoniser ou à canoniser
NORMAND ROUSSEAU
Essai
Fondation littéraire Fleur de Lys
Laval, Québec, 2015, 560 pages.
ISBN 978-2-89612-477-0
Édition papier : 39.95$
Édition numérique : 7.00$ (PDF)

PRÉSENTATION

L’Église a canonisé en bloc tous les patriarches et prophètes de l’Ancien Testament. La Bible immorale, La Bible démasquée et Le procès de la Bible, du même auteur, ont suffisamment dénoncé la criminalité de ces personnages pour être convaincu qu’il s’agit non pas de saints, mais d’assassaints. Surtout il faut dénoncer les actions criminelles de Yahvé, l’Assassaint des assassaints (déluge, Sodome et Gomorrhe, tour de Babel, etc.)

L’Église a également canonisé tous les personnages du Nouveau Testament pour la simple raison qu’ils ont connu Jésus, soi-disant homme-dieu. Ces saints sont à « décanoniser » y compris Marie et Joseph qui ne répondent pas aux critères mêmes de sainteté de l’Église. Jésus lui-même ne répond à aucun critère de sainteté.

L’Église a canonisé des assassins par leurs actions, leurs paroles ou leurs écrits. Assassaints ! Des Pères de l’Église comme Augustin, Chrysostome, Amboise, Cyrille d’Alexandrie qui ont prêché et écrit pour faire la promotion de l’esclavage, de la misogynie et de l’antisémitisme.

Assassaints ! Des docteurs de l’Église comme Thomas d’Aquin, Ber­nard de Clairvaux, Dominique Guzman qui ont prêché soit des croisades, soit des guerres saintes, soit l’Inquisition et qui sont ainsi responsables de milliers de victimes, donc de véritables assassaints.

Assassaints ! Des papes comme Pierre qui tue Ananie et Zaphyre, comme Pie V assassin d’une centaine de soi-disant hérétiques, Pie IX responsable de la mort de ses Zouaves et Pie XII, responsable de milliers de Juifs exterminés à cause de son silence.

Assassaints ! Des rois et des empereurs comme Clovis, Charlemagne, Vladimir, Étienne de Hongrie et Louis IX qui ont eu recours aux armes et à la force pour convertir massivement les païens ou les musulmans et les obliger à être baptisés.

En outre, l’Église devrait canoniser les victimes de son fanatisme et de son totalitarisme comme les cathares, les martyrs de l’Inquisition, les protestants exterminés dans les guerres de religion, les Amérindiens, les Africains et les Polynésiens victimes des colonialismes barbares de ses chrétiens.

Assassaints ! Les fondateurs de religions monothéistes y compris Jésus en paroles violentes, Pierre, assassin d’Ananie et Zaphyre et Paul, assassin d’Étienne, Mahomet, massacreur de Juifs, Luther, exterminateur de paysans, Calvin, bourreau de Michel Servet et Henri VIII massacreur de catholiques.

Enfin, l’Église qui se prétend sainte est elle-même une assassainte en raison de ses nombreux crimes (esclavage, antisémitisme, croisades, Inquisition, chasse aux sorcières, guerres saintes, guerres de religion, etc.) et aussi parce qu’elle a canonisé des assassaints qui partageaient ses valeurs : fanatisme, totalitarisme, dogmatisme, misogynie et violence.

Ce livre remet en question la révélation soi-disant divine, l’infaillibilité des papes, la prétendue sainteté de l’Église et l’existence même du christianisme.

Lire un extrait et commander votre exemplaire papier ou numérique

Deux frères à la chasse à l'Orignal à «Vent de la Savane» Octobr

Deux frères chassent l’Orignal à «Vent de la Savane»
Octobre 2013
PIERRE GRANGER
Récit
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 89 pages.
ISBN 978-2-89612-476-3
Exemplaire numérique : 7.00$ PDF

Avant-propos

Nous sommes au Québec. La chasse à l’emblématique Orignal y est une activité ancestrale très prisée des Québécois. Le cheptel est riche, en santé et le territoire se prête bien au développement de cet imposant mammifère doté dans sa version masculine d’un panache de taille respectable.

Qui n’a pas vu un reportage télévisé sur la chasse à l’orignal ? Que ce soit au Canada ou ailleurs en Amérique du nord cela n’a guère d’importance, c’est le même gibier et le même habitat. Ces reportages sont très bien faits et très complets. Nous pouvons y voir un succès de cent pour cent en une demi-heure ou une heure sous l’œil vigilant de la caméra.

Ces reportages sont généralement tournés dans des régions où la chasse est contingentée et le gibier en grande abondance. Ces chasses sont supervisées et dirigées par des guides aguerris. Ces guides connaissent très bien leur territoire, l’habitat du gibier et ses habitudes de vie.

N’importe quel chasseur peut accéder à ce genre de chasse. Moyennant quelques dollars, il suffit de s’inscrire à un tirage au sort qui intervient à une date déterminée.

Si vous avez de la chance et que votre nom est tiré, vous pourrez avec votre groupe participer à une semaine de chasse dans l’un de ces petits paradis du chasseur et de l’orignal. Il vous faudra tout de même débourser quelques milliers de dollars chacun pour y avoir droit. C’est un très faible pourcentage de chasseurs qui a cette chance et par le fait même les moyens financiers de se payer ce genre de voyage de chasse. Ces endroits où vous pouvez accéder par tirage au sort sont les réserves fauniques administrées par le gouvernement du Québec. Ces réserves offrent différents services de logement, chalet, camping ou caravaning.

Certaines d’entre elles sont connues pour être plus giboyeuses que d’autres et donc plus demandées.

Il y a également les pourvoiries privées où vous devez réserver à l’avance pour obtenir une place de chasse et différentes façons d’être reçu en qualité de chasseur en pourvoirie. Les plus luxueuses (donc les plus dispendieuses) vous offrent le guide et le gîte en chambre ou en chalet. Le forfait peut contenir la restauration, l’apprêtage du gibier après l’abattage, la conservation de la viande, le véhicule quad… Ce sont de véritables oasis de vacances. Pour d’autres c’est plus rustique. Le pourvoyeur fournit un chalet ou vous apportez votre propre logement : tente, caravane… Le pourvoyeur réserve un territoire exclusivement attribué à votre groupe pour une durée et à une date déterminées. Il est de la responsabilité des chasseurs de visiter leur territoire, de l’étudier et de choisir les endroits les plus favorables pour y placer les salines (dépôt de sel et autres produits attractifs pour les orignaux) et la cache si nécessaire.

Il existe aussi les propriétaires terriens qui louent leur terre en exclusivité pour la chasse. C’est le même principe pour le logement. S’il y a lieu, ce dernier est fourni ou les chasseurs se logent eux-mêmes. Bien sûr certains chasseurs ont la chance d’habiter près du lieu de leur chasse et peuvent dormir dans leur lit chaque soir. Dans cette dernière catégorie il y a plusieurs chasseurs de fin de semaine uniquement.

Il nous reste enfin ceux qui chassent sur les territoires libres qui ne sont pas des réserves, pas des pourvoiries ni des terrains privés. Ces terres sont la propriété du gouvernement et nous les appelons les terres de la Couronne.

Lire la suite et commander votre exemplaire numérique

c_jocelyn_malo_1_600

L’éternel paradoxe
JOCELYN MALO
Roman
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec
ISBN 978-2-89612-475-6
Exemplaire numérique : 7.00$ (ePUB)

PRÉSENTATION

Plusieurs, hommes ou femmes, ont du mal à réussir leur vie amoureuse. Pourquoi ? La réponse se trouve sans doute quelque part dans leur parcours, de l’enfance jusqu’à l’âge adulte, parmi différentes expériences et certains échecs.

N’ayant jamais pu maintenir une relation amoureuse durable, un homme au début de la cinquantaine, retenu temporairement captif, ayant soudainement l’impression d’être irrésistiblement transporté ailleurs, se remémore divers événements, certains tragiques même, ayant pu être source d’influence.

Graduellement, en évoquant ses souvenirs d’une démarche individuelle et intimiste entamée dix ans plus tôt, les morceaux du casse-tête sont jetés sur la table puis s’emboîtent peu à peu. Quelques malheureux incidents sur lesquels aucun contrôle n’existe ou encore d’autres involontairement provoqués, ont possiblement fait naître d’inconscients motifs l’ayant fait bifurquer.

Lire un extrait et commander votre exemplaire numérique (ePUB)

c.charles-hermier.1a

Écotonique
Éléments de géopoétique
Charles Hermier
Poésie
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 134 pages.
ISBN 978-2-89612-473-2
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Ce recueil prétend appartenir à la géopoétique, terme fondé par Kenneth White. Cette facette de la poésie se veut une « théorie – pratique transdisciplinaire applicable à tous les domaines de la vie et de la recherche, qui a pour but de rétablir et d’enrichir le rapport Homme – Terre. »

Cette poétique est nécessaire et fertile. Elle plonge ses racines dans l’espace biosphérique, et tisse des liens avec l’écologie de l’esprit. C’est un archipel. L’humble prétention de ce livre est de participer à cette ample vision collective.

Un écotone est à ce titre la zone de transition entre deux écosystèmes. Les textes rassemblés ici procèdent d’un mode d’appropriation spécifique de l’espace entre les éléments isolés entretenant des rapports primordiaux.

Le rêve et l’intuition vagabondent depuis la présence de l’auteur dans de multiples régions du monde. La rencontre avec divers paysages, peuples et cultures confère à l’écriture un caractère interculturel singulier, sur un air de science et de spiritualité.

Lire des extraits et commander votre exemplaire numérique (PDF) 7.00$

Microsoft Word - n.marie_norma_jean_claude_forte.1.doc

Haïti, une femme abusée
Marie-Norma Jean-Claude Forte
Roman autobiographique
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 80 pages.
ISBN 978-2-89612-474-9
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

p.marie_norma_jean_claude_forte.300PRÉSENTATION

AVANT-PROPOS

C’est la vie mouvementée d’une femme d’origine haïtienne, ex-sénatrice et enseignante qui s’est réfugiée au Canada en 2004 à la suite d’un Coup d’État dont elle fut victime.

Dans son premier roman, elle compare son pays natal Haïti à une femme abusée. Née dans une famille monoparentale, elle était une enfant non voulue et rejetée par son géniteur. Mariée et mère d’un seul garçon, elle se révolte contre la femme naïve et abusée qui considère son époux comme un petit dieu. Par contre, elle s’évertue à offrir à sa famille un climat d’amour, de tendresse et d’affection.

Une fois réfugiée au Canada, elle a fait une remise en question de ses études en retournant au collège et à l’université. Sa formation et ses nombreuses années d’expérience en éducation en Haïti et au Canada lui valent une âme jeune et immortelle.

Ancienne enseignante de littérature haïtienne et française, elle se passionne pour la poésie. Durant sa jeunesse, elle composait des saynètes et faisait des représentations dramatiques à son église ou son quartier pendant l’été. Son exil au Canada, source d’inspiration profonde, la porte à écrire son premier roman intitulé : Haïti, une femme abusée.

D’un côté, elle met en relief les richesses et les charmes d’Haïti qui attirent les étrangers. Haïti est une femme charmante, attrayante, hospitalière et naïve. Ses plages de sable fin, ses eaux tranquilles, tièdes et peu profondes attirent des milliers de visiteurs durant toute l’année. Elle vante également, la beauté de son pays d’accueil, le Canada et les nombreux avantages qu’il accorde aux immigrants. La blancheur scandaleuse de dame neige qui recouvre tout le pays en hiver est synonyme de pureté, de fertilité et de richesse. Norma aime son pays d’accueil, un pays où l’érable laisse couler son sirop pour le bonheur des Canadiens et des Canadiennes.

De l’autre côté, elle dénonce les nombreux cas d’injustice sociale, d’exploitation et de marginalisation dont est victime le peuple haïtien. Utilisée comme cobaye, Haïti constitue la proie de tous ceux qui se disent leaders, libérateurs, démocrates, agents de développement ou coopérants. Selon elle, au Canada, les immigrants demandent un emploi comme le pauvre mendie son pain quotidien aux passants. Sans le travail, l’homme le plus productif du monde est synonyme de nullité absolue.

En résumé, ce roman livre une vraie réflexion sur la vie culturelle, politique, éducative et socio-économique haïtienne. À travers une analyse fine et inspirée de son histoire personnelle, l’auteure illustre la situation critique d’un pays meurtri par les abus en tout genre. Elle met avec succès ses convictions au service d’une juste cause.

NORMA pense que son pays natal Haïti lui manque. Elle déclare être anagramme de ROMAN et non de MARRON.

Ma petite pyrite
De quoi es-tu faite ma pierre?
Ah! Bon! Je ne suis que lumière.
Suis un peu fer, mais rayonnante
Me trouves-tu également charmante?
Pas vrai! Jaune pâle est ma couleur.
Suis-je vraiment dans ton cœur?
On me surnomme l’or des fous
Je console ceux qui de l’or sont fous
Suis soufre et souffle de vie
Suis sulfure de fer non femme de fer
Comme le soleil éclaire la terre
Cristallisée, j’apporte la vie.

Commander votre exemplaire papier ou numérique

untitled

Les Trois Vallées
Les Chroniques de Jéléna
Tome II – Vallée d’Angéla
Pâquerette Béland
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 416 pages.
ISBN 978-2-89612-471-8
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

Présentation

Commotion magique, héroïne malgré elle, expulsée du Maginum, amitié qui tourne mal, vengeance, viol, amours déçues… Assurément, ces années de noviciat ne sont pas les plus agréables de la vie de Jéléna.

En plus, la relation qu’elle entretient avec son parrain de formation, le Mage Daniali, se transforme subtilement… Jour après jour.

* * *

« La soirée était douce. Les étoiles floconnaient le ciel, la lune éclairait la chaussée. Plutôt que de se transporter, elle préféra marcher pour profiter de cette magie qui l’entourait. Elle atteignit l’intersection et tourna à gauche en direction de son chézeau. C’est alors qu’elle ressentit des vibrations suspectes dans son dos. Au lieu de s’enfuir, elle s’arrêta. »

Lire un extrait et commander votre exemplaire

c_guy_dussault_07_600

L’agonie du patriarche
Roman policier
Guy Dussault
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2014, 414 pages.
ISBN 978-2-89612-470-1
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Se résignant à séparer temporairement le duo formé de Jonathan Elliot et d’Amy Darlington en raison du malentendu perdurant entre les deux, le surintendant en chef Buchanan envoie la jeune policière enquêter dans le nord-est du pays sur d’hypothétiques tentatives de meurtre à l’endroit du patriarche d’une vieille famille de la région. Pendant deux semaines, Amy vivra au sein des membres de la famille Williams et de leur domesticité sans pouvoir valider la théorie d’une intrigue contre le patriarche. Quelque temps après son rappel au Central de la Philippsburg’s Metropolitan Police, un meurtre a pourtant bien lieu à Williams Manor et Amy doit y retourner, accompagnée cette fois du surintendant Elliot avec qui elle s’est enfin réconciliée.

Lire un extrait et commander votre exemplaire

Le Cardinal Taschereau et le catholicisme libéral (1820-1898)

Le Cardinal Taschereau et le catholicisme libéral (1820-1898)
Condensé – Thèse de doctorat
Jean-Claude Dupuis, Ph.D.
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2014, 316 pages.
ISBN 978-2-89612-468-8
Exemplaire numérique gratuit (PDF)

PRÉSENTATION

Le cardinal-archevêque de Québec, Elzéar-Alexandre Taschereau (1820-1898), voulait préserver la relative bonne entente qui régnait entre l’Église catholique et l’État canadien dans la seconde moitié du XIXe siècle, malgré le difficile contexte de l’hégémonie anglo-protestante. Sa politique de pacification religieuse visait à instaurer entre l’Église et l’État un régime d’autonomie mutuelle et de collaboration pratique. Avec l’appui du Saint-Siège, il réussit à freiner le militantisme antilibéral de ses adversaires, Mgrs Bourget (Montréal) et Laflèche (Trois-Rivières), qui défendaient le principe de la suprématie de l’Église sur l’État.

À cette époque, un profond conflit idéologique opposait le catholicisme au libéralisme, la civilisation de la Loi de Dieu à la civilisation des Droits de l’Homme. Dans tous les pays, L’Église était divisée sur la manière de relever le défi de la modernité. Les catholiques ultramontains ou intransigeants combattaient les « funestes principes de 1789 » dans l’espoir de restaurer une société d’Ancien Régime fondée sur l’union du trône et de l’autel. Les catholiques libéraux ou modérés rêvaient également d’une société chrétienne de type médiéval, mais en vertu de la distinction entre la thèse (l’idéal) et l’hypothèse (la réalité), ils recherchaient une sorte de modus vivendi entre l’Église catholique et la société libérale, un régime « d’Église libre dans l’État libre » suivant la célèbre formule de Charles de Montalembert.

Mgr Taschereau adhérait à l’esprit de l’Église de son temps, marqué par le dogmatisme, l’autoritarisme et une certaine intolérance. En théorie, sa pensée ne s’écartait pas de la doctrine ultramontaine. Mais en pratique, son action s’inscrivait néanmoins dans une logique catholique libérale. Et le catholicisme libéral était une praxis avant d’être une doctrine. L’archevêque de Québec estimait que le libéralisme canadien était de nature strictement politique (forme élective de l’État) et qu’il ne se rattachait pas au libéralisme doctrinal européen (laïcisme et anticléricalisme), condamné par le Syllabus des erreurs modernes. En conséquence, l’Église devait se désengager des luttes électorales, tolérer certaines antinomies entre le droit civil et le droit canon, et limiter ses revendications pour ne pas troubler un statu quo somme toute favorable. « Il faut prendre les hommes tels qu’ils sont, disait Taschereau, et non tels qu’ils devraient être. »

Les ultramontains reprochaient à Mgr Taschereau de défendre mollement les droits de l’Église, voire d’être plus ou moins entaché de libéralisme. L’historiographie a généralement rejeté les accusations des « ultramontés » en soulignant que la politique modérée de l’archevêque de Québec avait probablement épargné au Canada un grave conflit de races et de religions, qui eût sans doute tourné au désavantage de la minorité franco-catholique. Mais en séparant la politique de la religion, le cardinal Taschereau n’ouvrait-il pas inconsciemment la porte à un certain laïcisme? En définitive, sa politique de compromis a-t-elle renforcé ou affaibli la position de l’Église catholique au Québec et au Canada?

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT (PDF)

Cliquez ici pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit de ce livre

c.maurice-desmarchais.2.a.600

LA VIE EN RIMES

MAURICE DESMARCHAIS

Recueil de poèmes
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2014, 100 pages.
ISBN 978-2-89612-469-5
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Cette fois, l’auteur nous montre une facette de lui qui fait vibrer la corde de la poésie. Maurice Desmarchais continue de nous parler des beautés de la vie comme d’une valeur suprême. Dans ses textes, se cache un message pour chacun d’entre nous. Le jeu, ce sera de nous retrouver au détour d’un titre, d’un mot, d’une phrase. La réflexion sera au rendez-vous et la connexion avec notre esprit et notre âme se fera inévitablement. Nous aurons le goût de rentrer à la maison, de rejoindre les nôtres, pour enfin partager ce bonheur à travers la poésie de l’auteur. Laissons-nous envahir par cette force spirituelle qui anime l’auteur. En toute humilité, il a choisi la poésie comme moyen d’expression et il a la conviction que le grain semé, grandira en une magnifique fleur qui sent bon… Cette merveille, c’est vous, c’est nous, c’est moi!

Cliquez ici pour en savoir plus et commander votre exemplaire papier ou numérique

c.jacqueline-gagnon1a.750

Quatre cents ans dans la vie des Gagnon
Jacqueline Gagnon
Récit familial
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2014, 426 pages
ISBN 978-2-89612-467-1
Couverture souple couleur
Format Lettre (8,5 X 11 pouces)
Illustré.
Exemplaire papier : (49.95$)
Exemplaire numérique (7.00$)

PRÉSENTATION

Ce récit familial raconte l’histoire d’hommes et de femmes courageux qui ont su prendre le risque de la migration vers des contrées nouvelles. Nos premiers Gagnon sont partis du Perche pour venir tenter leur chance en Nouvelle-France. Installés sur la Côte-de-Beaupré pendant quelques générations, certains de nos Gagnon quitteront cette région à la recherche de nouvelles terres à Charlevoix ou à Saint-Nicolas au sud de Québec.

Nos ancêtres seront confrontés aux attaques indiennes et aux épidémies meurtrières. Ils subiront le siège de Québec et verront les Anglais brûler leurs belles propriétés et leurs récoltes.

La menace de l’invasion américaine amènera Pierre Gagnon à La Prairie tandis que son fils Lucien, grand leader patriote lors de la Rébellion de 1837-1838, devra s’exiler aux États-Unis pour éviter la pendaison. Ses fils ruinés migreront dans l’Ouest américain à la recherche d’or ou de terres fertiles.

Au fil des générations, la route des Gagnon croisera celle des premiers immigrants irlandais et des descendants d’Acadiens revenus d’exil et installés dans La P’tite Cadie.

Tout au long de ces quatre cents ans, vous découvrirez la vie difficile des femmes Gagnon : mères, épouses ou filles. Ces femmes vous surprendront parfois par leur force de caractère comme certaines, dès le 17e siècle, qui n’hésiteront pas à dénoncer la violence conjugale ou familiale dont elles sont victimes.

Ces Gagnon, cultivateurs pour la plupart pendant plusieurs générations, vous raconteront la petite histoire d’un Québec rural déserté par ses fils et ses petits-fils au cours du 20e siècle. Et maintenant, nos Gagnon, instruits et urbains, aiment se rappeler leurs origines et les ancêtres qui ont bâti leur pays.

En savoir plus, lire des extraits et commander votre exemplaire

Microsoft Word - n.patrice-cesar.1.doc

Illustration en couverture : sarcophages anthropomorphiques du site archéologique Karajia, Pérou. © Copyright Peter Goodman.

Dans l’ombre du peuple des nuages
PATRICE CÉSAR
Roman d’aventure
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2014, 207 pages
ISBN 978-2-89612-466-4
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Que feriez-vous si soudainement votre meilleur ami ne revient pas d’un voyage d’aventure en Amérique du Sud? Comment réagiriez-vous si l’on vous incitait fortement d’aller le chercher vous-même?

Voilà comment débute cette aventure rocambolesque où Vincent, professeur d’histoire au secondaire dans la banlieue de Montréal, sera entraîné du jour au lendemain. C’est dans un tourbillon d’événements, un enchaînement de rencontres sympathiques, bizarres, inquiétantes et mêmes mystiques que se déroulera cette investigation qui propulsera Vincent dans des endroits du Pérou d’abord plus connus des touristes, mais rapidement dans un parcours plus inusité, voire presque dans un monde parallèle où le présent, le rêve et le passé se côtoient en alternance d’une manière parfois obscure.

Et que penser de ce « peuple des nuages », vivant dans des montagnes mystérieuses? Que retenir des découvertes étranges que fera Vincent sur son ami Édouard en lien avec des circonstances troublantes du siècle dernier?

C’est dans une ambiance de journal de voyage particulier que le lecteur est convié ici comme s’il avait une place de premier choix l’amenant à connaître des régions du Pérou peu accessibles à monsieur et madame tout le monde, à percer la géographie de ce pays, à entrer en relation de façon intimiste avec ces gens et à apprécier une partie de l’histoire fabuleuse de ce peuple, mais aussi, en superposé, d’individus beaucoup moins recommandables.

Ce roman s’adresse plus particulièrement aux adultes, mais un adolescent pourrait sûrement y trouver un intérêt.

EXTRAIT

De grands plateaux. Onduleux et frappés par le vent descendant des montagnes environnantes. J’avance doucement sans trop savoir à quoi m’attendre. L’altitude génère alors chez moi un sentiment d’ivresse, d’étourdissement léger. J’ai le goût amer des feuilles de coca gonflant ma joue gauche au fur et à mesure que je monte.

Je me sens seul, mais serein par la raison qui m’habite. Au bord d’une lagune, quelques lamas s’abreuvent auprès de vaches. Le vieux paysan me salue timidement par un hochement de tête alors que je lui souris. La peau de son visage est craquelée, mais ce sont surtout ses pommettes qui surprennent. D’un rouge foncé, comme si elles étaient maquillées pour présenter une pièce burlesque. Es la culpa del sol (C’est la faute au soleil). Si fort sur les plateaux andins. Au loin, quatre randonneurs habillés à la dernière mode amorcent l’ascension d’un versant abrupt. Un guide local les accompagne ainsi que des ânes chargés au maximum.

Qu’est-ce que je fais ici dans ce décor de tourisme d’aventure? Je n’ai point l’équipement requis et encore moins de buts précis à atteindre. Eux, c’est le sommet tout probablement. Et moi? Je me sens soudainement inquiet et nerveux, sans trop savoir pourquoi. Quelque chose m’attire ici cependant. L’aventure est au bout du chemin. Reste à découvrir laquelle? Le danger aussi laisse filtrer ses effluves sournois. La seule chose qui m’apaise en ce moment précis, c’est la certitude de ma quête même si, concrètement, je la découvre au jour le jour. Dois-je continuer à aller de l’avant et me laisser guider par mon instinct? Ce que je fais rarement…

Au tournant d’un chemin tortueux, que j’ai pris depuis une heure, une énorme roche se plante devant moi comme si elle était tombée du ciel ou si un géant l’avait déposée là du bout de ses doigts, tout doucement, juste pour me contrarier. Après l’avoir contournée, je décide de l’escalader à l’aide de l’eucalyptus situé à proximité. J’y arrive de peine et de misère et je dois littéralement sauter sur le sommet de celle-ci sans toutefois me questionner sur le comment se fera le parcours inverse. Je suis attiré par ce lieu. Je m’assois en indien alors en son milieu et contemple l’horizon. Entre les branches des arbres, des pics enneigés se profilent au loin. Grandiose. Bucolique. Stupéfiant!

En prenant appui sur ma main gauche pour me relever, je sens de minuscules cavités et en y regardant de plus près, j’aperçois une phrase gravée maladroitement dans la pierre. C’est difficile à déchiffrer, mais j’ai le réflexe de cracher sur celle-ci et nettoyer l’endroit. La roche devient plus foncée et fait ressortir les petites crevasses plus pâles. Maintenant, j’ai une meilleure idée du message. Je ne sais pas trop quoi penser et je le relis d’abord doucement dans ma tête et finalement à voix haute. Sans en connaître la raison, j’ai l’impression que cette phrase m’est destinée tout particulièrement :

Certains sont prêts à tuer pour prolonger l’histoire
alors que d’autres meurent dans le but de l’oublier.

OBTENIR UN EXEMPLAIRE

En savoir plus et commander votre exemplaire numérique (7.00$ Canadiens)

Microsoft Word - n.sylvie-gobeil.3.rtf

Les Denys de Saint-Simon
Tome 2 – Entre doutes et incertitudes
SYLVIE GOBEIL
Roman historique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis Québec, 2014, 248 pages.
ISBN 978-2-89612-465-7
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Au lendemain de la Conquête, les Canadiens ignorent ce qu’il adviendra de leur colonie. Plusieurs d’entre eux caressent encore l’espoir de redevenir sujets français, une fois le traité de paix signé entre la France et l’Angleterre. Mais à quand la signature de ce traité? Personne ne le sait. Victoire Denys de Saint-Simon voue une haine féroce aux Anglais qui ont conquis son pays. « Je suis ici chez moi, bien plus que ces maudits Anglais », pense la jeune noble qui ne peut cacher sa révolte lorsque sa tante Marie-Anne doit loger chez elle un officier écossais de Sa Majesté George III. « Je n’avais guère le choix. Nous sommes sous régime militaire anglais », lui précise la vieille dame. L’attitude hostile de Victoire envers Edward Campbell contribue à rendre encore plus lourde l’atmosphère de la maison. Plus le temps passe, plus Marie-Anne de Saint-Simon s’inquiète du sort de ses deux nièces lorsqu’elle n’y sera plus. « Catherine devra-t-elle envisager de prendre le voile? Comment Victoire se débrouillera-t-elle pour faire vivre convenablement sa fille Clémence après ma mort? » se demande-t-elle sans cesse. Constatant que le major écossais ne semble pas indifférent à Victoire, elle tente de favoriser les rapprochements entre eux. La tâche s’avère d’autant plus difficile que Victoire entretient une correspondance irrégulière, mais toujours présente avec Jean-Daniel Dumas, le père de Clémence. Marie-Anne se tourmente aussi pour son neveu Antoine-Charles parti en France au printemps 1761. Où Louis XV l’enverra-t-il combattre cette fois-ci? À l’instar de la colonie, les Denys de Saint-Simon vivent une période remplie de doutes et d’incertitudes. La lumière jaillira-t-elle enfin au bout du tunnel et pourront-ils envisager l’avenir avec plus d’espoir?

Avec le tome 2 des Denys de Saint-Simon, Sylvie poursuit la saga de cette famille canadienne appartenant à la noblesse et qui évolue dans la tourmente des heures noires de notre histoire : avant et après la Conquête. Une écriture simple, émotive qui se veut un cri du cœur témoignant de son amour pour les bâtisseurs de notre histoire.

En savoir plus, lire un extrait et commander votre exemplaire

Microsoft Word - n.andre-lefebvre.1.doc

DONNÉES AU CATALOGUE

Histoire de ma nation !
André Lefebvre
Essai
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2014, 474 pages.
ISBN 978-2-89612-464-0
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Illustré – Photo d’archives
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Histoire de ma nation !, essai, André Lefebvre,
Fondation littéraire Fleur de Lys

L’histoire de notre nation n’est pas celle que l’on nous a enseignée. Pourquoi? Simplement parce que ce ne sont pas des membres de notre nation qui l’a écrite au tout début et que nos historiens n’ont que répété ce que les premiers avaient écrit en n’y ajoutant que quelques nuances.

Est-ce important de connaitre notre histoire?

Au fond de mes tripes, je ressens que c’est extrêmement important, pour savoir qui nous sommes. Par contre si je m’astreins à vouloir paraître « raisonnable » à la Bouchard/Taylor, je peux adopter un esprit « universaliste » qui m’enlèvera toute identité sauf celle donnée sur la liste électorale et celle de la liste des individus imposables de notre société. C’est peut-être, à leurs yeux, très ZEN, mais aux miens ça ne l’est pas du tout. Je me sens plus ZEN quand je sais QUI je suis vraiment et que je me respecte pour être capable de respecter les autres. C’est cette recherche que j’ai poursuivie et que je raconte dans ce livre.

L’Amérique du Nord est un territoire habité depuis plusieurs dizaines de millénaires. Mais lors des quatre cent dernières années, il s’y est déroulé des événements qui sont la nature même de mon identité. Lorsqu’on cherche dans l’histoire des familles, on découvre que cette histoire à été complètement faussée, sinon, effacée. Il est temps d’y remédier puisque l’identité de notre nation nous a été enlevée subrepticement pour des intérêts tout à fait déshonorables et déshonorants.

J’espère sincèrement que d’autres suivront mon exemple et ajouteront d’autres portions de notre histoire à ce qui est raconté dans ce livre.

André Lefebvre

EXTRAIT

Histoire de ma nation !, essai, André Lefebvre,
Fondation littéraire Fleur de Lys

PRÉAMBULE

Je me présente : Mon nom est André Lefebvre. Je suis originaire de Montréal, dans la province de Québec faisant partie d’un pays appelé le Canada. Voilà qui je suis en ce jour du 17 avril 2013; et je le suis depuis le 24 mai 1943. Je suis donc un « montréalais québécois canadien ».

Est-ce que cela vous dit quelque chose sur « qui je suis »?

Avouez que cela ne vous donne que mon identité « géographique ». Quant à mon identité « historique », cela n’en dit absolument rien. Certains croiront qu’en ajoutant le qualificatif de « francophone », j’y glisserais une indication sur mon histoire originelle. Par contre, si j’étais un « montréalais québécois canadien chinoisophone», j’obtiendrais le même résultat, mais qui n’aurait aucune relation avec l’histoire de ma nation. Donc être un montréalais, québécois, canadien, francophone n’est pas beaucoup plus significatif pour identifier mon appartenance « nationale historique ».

Finalement, si je m’identifie avec ces qualificatifs géographiques et linguistiques, je ne me donne aucune « identification » nationale historique.

Essayons, alors, avec le qualificatif de « Canadien-français ».

Ce nouveau qualificatif laisse surtout entendre qu’il y a d’autres « genres » de Canadiens. Il détermine alors que les Canadiens sont multiethniques et que je fais partie de l’ethnie d’origine française. C’est « historiquement » un peu mieux, mais cela n’indique rien d’autre que mon père, ou l’un de ses prédécesseurs, était anciennement de nationalité « Française ». Cela n’indique aucunement l’historique de la « nation » dont je suis membre.

Pour parvenir à m’identifier historiquement, je dois donc me contraindre à m’adresser à la généalogie afin de déterminer l’origine de ma famille et mettre le doigt sur mon identité nationale. Ce faisant, je découvre le nombre de générations familiales qui sont nées au Canada. J’en arrive à remonter historiquement jusqu’à une époque où mes ancêtres se donnaient le nom de « Canayens ».

Ce nom peut s’avérer quelque peu « gênant » à me servir parce qu’il « résonne » comme un mot « grivois » digne d’une personne plus ou moins bien éduquée. En fait, ce mot semble être une prononciation vulgaire du nom « Canadien ». Mais, en réalité, ça ne peut pas être le cas puisque ce nom de « Canayens » est apparu beaucoup plus tôt, dans l’histoire, que le mot « Canadien ». Par contre, l’avantage est que, si je dis que je suis « Canayen », je m’identifie instantanément à une nation historique très précise qui possède sa date de naissance dans notre histoire, qui possède, indiscutablement, sa propre langue, ses propres us et coutumes et ses propres faits historiques, qu’aucun autre « genre » de Canadiens ne puisse revendiquer.

Si vous me demandez qui je suis « historiquement », je suis obligé de vous répondre que je suis « Canayen ». Reste à savoir ce qu’est un « Canayen » dans l’histoire de l’Amérique du Nord. Ce serait là l’histoire de ma « Nation » et c’est celle que je vais vous raconter dans cet écrit. Vous remarquerez que cette histoire explique exactement ce que nous sommes devenus aujourd’hui et ce que nous avons perdu de notre « culture » qu’il est indispensable de retrouver. Vous en resterez, cependant, toujours le seul juge.

Par contre, je ne vais pas vous la raconter en un flux continu comme un sermon, mais plutôt par une succession d’histoires spécifiques qui formeront les chapitres du livre. Vous pourrez alors accéder à l’histoire de ma nation sans être obligé de lire le bouquin d’un seul trait pour ne pas en perdre le fil. Certains décideront peut-être d’en faire leur livre de chevet puisqu’ils pourront arrêter leur lecture sans nuire au fil de l’histoire qu’il raconte. Je ne veux cependant pas, ainsi, vous empêcher de faire votre « devoir » conjugal, qui doit rester un « sacrement » prioritaire; mais je vais tenter, quand même, de ne pas être trop « endormant ».

Voici donc l’Histoire de Ma Nation.

AU SUJET DE L’AUTEUR

André Lefebvre

Vous dire qui est André Lefebvre?

Comment le pourrait-il?

Il n’est ni son nom, ni son numéro d’assurance sociale, ni sa profession, ni sa race, ni son âge. Il n’est rien de tout cela. Curieusement, personne d’autre ne l’est non plus.

Il est … lui-même. Celui qui a écrit ce livre. Il l’a justement écrit pour connaître QUI il était. Alors s’il vous le dévoilait ici, vous n’aurez plus besoin de lire ce livre et il l’aura écrit pour absolument rien.

Donc, pas question! Si vous voulez savoir qui il est, il vous faudra lire ce bouquin. D’ailleurs vous en trouverez sûrement un avantage, selon lui, car il vous dira également QUI vous êtes. Du moins si vous êtes de sa nation. Sinon, il vous dévoilera comment faire pour découvrir votre identité nationale.

Ne croyez pas que ce soit évident. Au contraire les informations « officielles » sont, la plupart du temps, biaisées et déformées. D’autant plus que, le plus souvent, elles n’ont aucun rapport avec QUI nous sommes. Vous le découvrirez en lisant son histoire.

Son vécu?

Pas meilleur ni pire que toute autre personne. Oui il a voyagé. Oui il a travaillé quelques années sur un autre continent. Oui il a des amis de différentes nationalités et oui il a connu des difficultés; mais rien de pire que tout autre être humain. Et l’ensemble de tout ça à fait de lui CE QU’il est; mais cela n’a rien à voir, ou si peu, avec QUI il est.

A-t-il fait quelque chose d’important dans sa vie?

Effectivement il a fait quatre enfants; trois garçons et une fille. À part cela, la seule chose importante qu’il ait faite, dit-il, est d’écrire ce livre qui l’identifie, ainsi que près de 7 millions de personnes.

Pourquoi a-t-il écrit ce livre?

Excellente question à la quelle il vous laisse répondre. Vous le découvrirez certainement.

Qu’est-ce qui le passionne?

L’histoire et la science; en fait il affirme que la science est également une histoire; celle de l’univers.

Il espère que vous aurez autant de plaisir à lire ce livre qu’il en a eu à l’écrire.

* * *

En savoir plus et commander votre exemplaire (papier ou numérique)

c.raymond-damata-4a-750

LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises
Adeola Raymond da Matha,
Docteur en Sciences Économiques,
Enseignant Chercheur FASEG/UAC
Denis Berger, Professeur en Économie Politique à l’université Paris 7 et Paris 8
Essai – Manuel scolaire universitaire
Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec, Canada, 2012, 144 pages, format 8,5 X 11 pouces (format lettre) ISBN 978-2-89612-407-7
Couverture souple couleur – Reliure allemande
Exemplaire papier : 39.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 16.50$ (Partout)

PRÉSENTATION

LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises, Adeola Raymond da Matha, Docteur en Sciences Économiques,

Enseignant Chercheur FASEG/UAC, Denis Berger, Professeur en Économie Politique à l’université Paris 7 et Paris 8, Fondation littéraire Fleur de Lys

« Cette étude s’inscrit dans la ligne de mes précédents travaux consacrés à la mise en valeur du caractère mystificateur de la science économique (La vision historique de la science économique. Édition Fondation littéraire Fleurs de Lys Canada 2012) Il s’agit ici en prenant comme objet d’étude les principales représentations de la politique économique des nations, de montrer que la vision économique de la société capitaliste loin de fournir un point de vue objectif sur cette société, est marquée par les choix politiques de la classe dominante.

Cette démonstration s’appuie sur trois séries de représentations :

— La comptabilité nationale, y compris sa présentation nouvelle (SECN)

— Les modèles de court terme qui servent, ou ont servi, à l’élaboration des budgets économiques : modèles ZOGOL, Déca, Star.

— Les modèles de moyen terme utilisés dans le cadre de la planification : FIFI, Régina, DMS

À la différence de notre précédente étude sur la vision historique de la science économique, notre travail ne reprendra pas la description proprement dite de ces représentations. En effet, d’une part l’exigüité de ces études ne permettrait pas de fournir, dans un seul exemplaire, la présentation de ces modèles prévisionnels et les observations qu’ils méritent.

D’autre part, notre propos n’est pas de faire un bilan de l’usage des modèles de politique économique mais plus simplement et, nous l’espérons, de façon plus originale, de faire ressortir un aspect de ces modèles : leur rôle idéologique et politique en faveur de la bourgeoisie.

Enfin, s’il est besoin d’une justification supplémentaire pour la publication de cette étude, ajoutons qu’elle offre un intérêt d’actualité dans une période où sont remis en question, tous les objectifs de croissance économique et l’on s’interroge de plus en plus sur les chances du capitalisme dont seraient exclues la bureaucratie et centralisation autoritaire des premiers dirigeants de l’État.

Raymond Adéolas da MATHA,
Docteur en Sciences Economiques,
Enseignant chercheur à la FASEG

Extrait du CHAPITRE I

LA VISION DES MODÈLES PRÉVISIONNELS ET ÉCONOMIQUES

1.1 Objet et Fondement de l’Étude

1.1.1 Principes méthodologiques

Un modèle est « un système abstrait qui permet l’étude d’un phénomène ou d’un système réel ». Cette définition de M. Guillaume, offre l’avantage d’une grande clarté. Les modèles économiques correspondent à cette définition, même s’il convient d’y adjoindre certaines spécificités. Le point de départ d’un modèle, économique ou autre est donc une volonté d’abstraction. Ce point de départ mérite quelques remarques.

On peut dire d’abord que cette démarche s’inscrit dans la méthode la plus courante de l’analyse dans le domaine social. Faute d’appréhender intensément la totalité des faits, c’est-à-dire à choisir des éléments dans un ensemble complexe.

Ce choix peut évidemment toujours donner lieu à critiques, mais le principe du choix ne peut être contesté.

On peut ensuite remarquer qu’une volonté d’abstraction ne naît pas spontanément : elle correspond à un objectif que s’est fixé l’observateur et M. Guillaume reconnaît qu’un modèle est « indissociable de ses objectifs », mais il ajoute « qu’on ne peut le juger que par référence au but qu’il entend servir ». Cette démarche, qui peut sembler naturelle à beaucoup, n’est peut-être par change d’un arrière-fond idéologique. Selon les préceptes de l’université libérale, on ne saurait reprocher à un auteur de ne pas atteint les objectifs qu’il ne s’était pas fixé. Dans une société où l’individu est supposé être totalement maître de ses actes, il est effectivement logique d’adopter un tel principe, mais il est souvent difficile d’imaginer que l’objectif déclaré par un auteur soit réellement poursuivi lorsque l’emploi de l’œuvre de cet auteur est totalement différent de cet objectif déclaré. Transposé dans un autre domaine, cela signifie que l’inventeur d’une arme ne saurait être tenu pour responsable des agressions commises avec cette arme dès lors que son objectif déclaré était de permettre de dissuader des agresseurs éventuels. Mais de toute façon, le point de vue de M. Guillaume ne nous semble pas devoir s’appliquer lorsque l’œuvre en question est prise en charge par un pouvoir politique. Ainsi, quel que soit l’auteur d’un modèle économique et quel qu’ait été son objectif, le jugement sur ce modèle change lorsqu’il devient l’élément de référence d’une politique économique. Dans ce cas, nous pensons, renversant la proposition de M. Guillaume, que le but poursuivi par la création et l’emploi d’un modèle est indissociable des choix qui ont présidé à sa construction et de l’emploi auquel il donne lieu.

Ces choix, c’est-à-dire les hypothèses de départ du modèle, ont d’autant plus d’importance qu’il s’agit de la construction d’un système c’est-à-dire d’un ensemble cohérent. Abstraire certains faits de la réalité pour les mettre en valeur et leur donner une signification particulière est une attitude moins risquée qu’établir un système d’abstractions qui est censé représenter le système réel. Or, l’un des usages possibles des modèles de politique économique est la simulation de décisions de politique économique : pour que cette simulation offre un intérêt, il faut qu’on pense que le système réel est susceptible de réagir de la même façon que le système abstrait. Le moins qu’on puisse dire est qu’il faut avoir une grande confiance dans la valeur du modèle en question. Mais il y a plus grave malgré les progrès accomplis dans l’application des mathématiques et particulièrement dans l’informatique, il paraît douteux que les systèmes créés en laboratoire soient susceptibles de réagir avec les mêmes nuances qu’un système social, produit historique de la lutte de la classe. Ou bien, et c’est un nouvel élément à prendre en considération, il faut se donner les moyens pour que la simulation ou laboratoire serve de modèle à la réaction du système. Ceci revient à poser la question de l’insertion du modèle lui-même dans la réalité et, en particulier du rôle idéologique qu’il peut jouer, ou qu’on peut faire jouer, pour façonner les comportements des individus.

En savoir plus et commander votre exemplaire

c.raymond-damata.3a-750

La vision historique comparative du développement rural et du crédit agricole en Afrique
Adeola Raymond da Matha,
Docteur en Sciences Économiques,
Enseignant Chercheur FASEG/UAC
Essai – Manuel scolaire universitaire
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, Canada, 2014,
308 pages,
format 8,5 X 11 pouces (format lettre)
ISBN 978-2-89612-461-9
Couverture souple couleur
Reliure allemande
Exemplaire papier : 39.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 16.50$ (Partout)

PRÉSENTATION

« Imprégnés, influencés par le savoir et la technique des pays développés, nous devons en assimiler l’essentiel et les utiliser non à des fins conquérantes, mais pour soulager nos pays et nos villages des maux qui les rongent, en ayant toujours conscience du danger de leur application inadéquate ou brutale. »

* * *

« La tâche de l’économiste est de découvrir les lois qui président à la distribution des richesses entre classes sociales.

En Afrique, très peu de responsables politiques connaissent cette vision de la sociabilité entre leur peuple.

À quand la prise de conscience administrative et la bonne gouvernance en Afrique, particulièrement au Bénin ? En France, en Angleterre, en Amérique, etc., c’est cette prise de conscience qui a permis de réorganiser les mouvements économiques, administratifs et la bonne gouvernance. ».

Raymond Adéolas da MATHA, Docteur en Sciences Economiques,
Enseignant chercheur à la FASEG

EXTRAIT

Pour rendre compte des résultats de l’activité d’un organisme bancaire, la connaissance des documents comptables développés est indispensable. Pour l’Afrique en général et pour le Bénin en particulier, la majorité des documents disponibles est manuscrite encore de nos jours: même pour la période récente, nous n’avons pas pu trouver des statistiques concernant, le nombre de comptes de chaque catégorie socioprofessionnelle dans tous les domaines : crédits, épargne, et les comptes divers, par conséquent, notre étude est restée générale.

Nos recherches de l’information dans les pays de l’Afrique de l’Ouest, nous ont permis de constater que la méconnaissance de la doctrine réelle de RAIFFEISEN constitue l’échec parfois des modèles qui ont été mis en place jusqu’à ce jour, avant et après l’indépendance.

La réussite de l’organisation des C.L.C.A.M. et C.R.C.A.M. en Afrique noire passe nécessairement par l’application de la loi Jules Meline.

Jules Méline, auteur de la loi de 1894 et de celle de 1899, affirmait que les caisses locales sont la base du crédit agricole, les caisses régionales n’en étant que le complément.

Lire d’autres extraits et commander votre exemplaire

c.pierre-lachance.1a.600

Le temps d’un soupir
Biographie de Louis-Joseph Lachance (1918-1971)
PIERRE LACHANCE
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, 2014, 240 pages.
ISBN 978-2-89612-463-3
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande – Illustré
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

PRÉSENTATION

Mon père, Louis-Joseph Lachance (sur la photographie ci-contre), a marqué l’Histoire culturelle du Madawaska. Originaire de Québec, devenant Brayon d’adoption, il a vécu 27 ans à Edmundston NB, de 1944 à 1971.

Son parcours de vie et ses traits de personnalité ne sont pas passé inaperçus. Il a donné au centuple, aux gens de la République du Madawaska, ce qu’il avait reçu de la Vie et de Dieu.

Organiste et professeur, il a su faire ressortir les nombreux talents culturels chez les personnes qui ont croisé son chemin.

AU SUJET DE L’AUTEUR

Pierre Lachance

Pierre Lachance est natif d’Edmundston au Nouveau-Brunswick, il détient un Bac. ès Arts(Histoire) du Collège Saint-Louis d’Edmundston, un Bac. en Théologie de l’Université Laval de Québec, une Maîtrise en Théologie Pastorale de l’Université Saint-Paul d’Ottawa et un Certificat en Sciences de l’Éducation de l’Université du Québec à Hull. Il se retrouva en milieu acadien pendant deux ans, à la Baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, pour y enseigner la catéchèse à l’École Secondaire de Clare tout en accomplissant un stage pastorale avec les Eudistes.

S’établissant définitivement en Outaouais québécois en 1976, il fut Animateur de Pastorale scolaire pendant vingt-cinq ans, et organiste pendant quinze ans à Gatineau. Père de trois enfants, retraité depuis 2001, il revient à la peinture apprise de Claude Picard, et, tout en s’adonnant à la musique apprise de son père, il fonde en 2010 un centre des Jeunesses Musicales du Canada en Outaouais.

Depuis 2008, Pierre s’intéresse à l’Histoire de sa famille, écrit ses souvenirs et a complété la Généalogie familiale.

Après plusieurs recherches des faits et la rencontre de personnes qui ont connu Louis-Joseph Lachance et encore en mesure de témoigner, il nous livre la biographie de son père qui fut dévoué au service de la musique, de l’enseignement et engagé dans son milieu d’Edmundston au Madawaska, son pays d’adoption.

En savoir plus et commander votre exemplaire papier ou numérique

Qui sommes-nous ?

La Fondation littéraire Fleur de Lys inc. est un organisme à but non lucratif détenant des lettres patentes en vertu de la loi sur les Compagnies, Partie III, du Gouvernement du Québec, sous le matricule 1161907234, accordées le 4 Décembre 2003.

La Fondation littéraire Fleur de Lys ne reçoit aucune aide financière de l’état.

La Fondation littéraire Fleur de Lys compte uniquement sur des bénévoles croyant dans la démocratisation de l’accès à l’édition.

L’organisme opère :

En savoir plus

Pourquoi sans but lucratif ?

On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s’agit d’entreprises « à but lucratif ». Ce n’est pas notre cas. Notre maison d’édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c’est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s’inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle.

Bref, nous sommes des bénévoles qui ont à cœurs d’aider les auteurs qui ne trouvent pas d’éditeur traditionnel ou qui demeurent en attente d’en trouver un, tout comme pour aider les auteurs qui préfèrent l’édition en ligne.

Et nous sommes bien placés pour ce faire car nous sommes nous-mêmes des auteurs. En fait, notre organisation est un regroupement d’auteurs, fondée et gérée par des auteurs au profit des lecteurs. Par exemple, lors de notre création en juin 2003, ce sont les auteurs eux-mêmes qui ont décidé de notre statut sans but lucratif. Chaque auteur doit s’impliquer en devenant membre de notre organisation.

Aussi, nous avons choisi de faire de notre organisation une « fondation », c’est-à-dire d’assumer notre mission en recueillant des dons auprès des auteurs et des lecteurs. Par exemple, nous ne vendons pas nos livres. Nous les offrons en remerciement à un don. L’auteur verse un don, reçoit des exemplaires de son livre et peut les vendre pour financer son don. En bout de ligne, l’édition de son livre ne lui aura rien coûtée et il touchera même une redevance de 10% sur chaque exemplaire. Et lorsqu’un lecteur est intéressé par l’un de nos livres, il doit verser un don au montant fixé à l’avance et il reçoit en remerciement son exemplaire. Il va sans dire aussi que nous sollicitons des dons auprès d’autres fondations et auprès d’entreprises.

Enfin, notre fondation est indépendante de tout support gouvernemental, c’est-à-dire que nous ne sollicitons pas l’aide financière des gouvernements. En vérité, nous devrions écrire que nous « ne sollicitions plus » l’aide gouvernementale. Au départ, nous comptions sur une telle contribution même si nos recherches indiquaient qu’il n’y avait aucun programme d’aide pour l’édition en ligne au Québec et au Canada. Toutes les subventions sont réservées aux éditeurs traditionnels. Nous avons tout de même tenté notre chance en espérant que les gouvernements se prêtent à l’exception étant donné qu’ici, au Québec et au Canada, notre fondation ouvrait la voie de l’édition en ligne. Malheureusement, nos demandes de subvention ont été refusées.

Aujourd’hui, la fondation est fière de son indépendance face à l’aide gouvernementale. Une fierté d’autant plus grande que nous sommes parvenus à autofinancer nos dépenses de base avec l’aide des dons des auteurs et de leurs lecteurs. Certes, nous ne roulons pas sur l’or et les fonds manquent à notre développement mais sommes heureux de tenir le fort car notre mission est de première importance pour l’ensemble de la francophonie.

Informations

Serge-André Guay, président éditeur

Tél.: 581-988-7146

serge-andre-guay@manuscritdepot.com

—-

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Exemplaire numérique gratuit

Le monde québécois du livre et ses coulisses, guide pratique et critique, Serge-André Guay, Fondation littéraire Fleur de Lys. Cliquez sur la couverture pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit..

Bienvenue

La Fondation littéraire Fleur de Lys vous souhaite la bienvenue dans sa librairie en ligne